Penser avant le langage : enjeux linguistiques, philosophiques et cognitifs

Rencontres de Linguistique et de Philosophie (RLP 2)
« Penser avant le langage : enjeux linguistiques, philosophiques et cognitifs »
Organisation : Philippe Monneret, Anna Garrouty
16 avril 2015 – Université de Bourgogne – Salle du Conseil Lettres
Comment un enfant qui ne peut articuler des propositions, des inférences sur le monde extérieur
ou exprimer un sens à travers la communication verbale peut-il être un agent épistémique
capable d’attribuer des fausses croyances ? Plusieurs études récentes (Onishi et Baillargeon
2005, Surian et al. 2007, Baillargeon et al. 2010, Scott et al. 2010) suggèrent en effet que les
très jeunes enfants ont des compétences sociocognitives beaucoup plus sophistiquées qu’on ne
le pensait auparavant. Avant l’âge de un an, les très jeunes enfants saisissent non seulement le
fait qu’autrui agit en fonction d’objectifs à atteindre (Gergely et al. 1995 ; Carpenter et al. 2005)
ou de certaines préférences (Repacholi et Gopnik 1997), mais ils sont également
épistémiquement sensibles à ce que les autres savent, dans le sens où ils peuvent agir en fonction
de ce que les autres agents ont ou n’ont pas vécu dans le passé immédiat (Moll & Tomasello
2007).
Cette journée d’étude se propose d’examiner ce que signifie comprendre avant le langage.
Quelle est la nature de la communication préverbale ? Qu’est-ce que le langage ajoute
spécifiquement à notre compréhension du monde ? Quel est le rôle des représentations dans la
compréhension du comportement d’autrui ? L’enjeu de ces questions est crucial puisque
l’analyse de la compréhension et du comportement des très jeunes enfants, outre son intérêt
intrinsèque en matière de psychologie du développement ou de philosophie de la cognition, est
également susceptible d’intéresser les rapports entre linguistes et philosophes dans la mesure
où elle revient à interroger la temporalité d’installation des capacités linguistiques proprement
dites. La formule utilisée ici par commodité de « compréhension avant le langage » présente
évidemment un aspect confus qu’il conviendra d’éclaircir : que signifie « avant le langage » ?
Cette expression, ainsi que l’adjectif « pré-linguistique » couramment utilisé, présupposent
l’idée d’un seuil en deçà duquel n’existerait aucun comportement linguistique. Cette
présupposition est sans doute une simplification nécessaire dans certains cas et elle ne serait
pas tellement gênante si elle ne faisait que masquer le caractère progressif de l’installation chez
l’enfant des capacités linguistiques. Mais plus fondamentalement, elle empêche de poser la
question du caractère intrinsèquement linguistique de ces comportements prétendument « prélinguistiques
». Si l’être humain est génétiquement programmé pour l’acquisition des langues,
les comportements communicatifs « précurseurs » du langage ne sont-ils pas déjà linguistiques,
en sens qu’il resterait à préciser ? A moins qu’ils soient d’une nature telle qu’on ne puisse pas
même les considérer comme « précurseurs » du langage, mais il faudra alors préciser ce qu’on
entend par « précurseur », terme commode et souvent utilisé en psychologie cognitive, dont il
conviendrait de préciser le sens. On le constate donc, cette rencontre conduira aussi à interroger
le périmètre du champ linguistique lui-même : peut-on trouver des critères qui permettraient
d’établir si un comportement communicatif humain est de nature linguistique ou comporte des
aspects linguistiques ?
Programme
10h15 Ouverture de la journée. Anna Ciaunica-Garrouty, Philippe Monneret
10h30-11h15 Shaun Gallagher (Université de Memphis)
« Conflicting perspectives in elicited false-belief tests”
11h15-12h Markus WILD (Université de Basel)
« Pre-linguistic understanding? How the concept of ‘tacit knowledge’ might help »
12h-14h Pause repas
14h-14h45 Maya Gratier (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Karine Martel
(Caen)
« Le développement de la vocalisation prélinguistique »
14h45-15h30 Christophe Parisse (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Comment l’enfant parle-t-il du temps … avant de parler du temps ! »
15h30-16h Pause
16h-16h45 Victor Rosenthal (EHESS)
« De l’attention réciproque à la gestion rhétorique d’autrui : un parcours pour ne plus penser »
16h45-17h30 Pierre Jacob (Institut Nicod)
« What is so special about human social cognition ? »
17h30 Clôture de la journée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.