Quo vadis, Terminologia ?

18-20 février 2015, Université Paris Diderot

Quo vadis, Terminologia ? Colloque international en hommage à John Humbley

Inscription gratuite mais obligatoire jusqu’au 8 février 2015

Voir le site : http://quovadis.clillac-arp.univ-paris-diderot.fr/fr/about

Organisé par le Centre de Linguistique Interlangue, de Lexicologie, de Linguistique Anglaise et de Corpus – Atelier de Recherche sur la Parole (CLILLAC-ARP EA 3967) de l’Université Paris Diderot

Depuis sa naissance, notamment sous l’impulsion de Eugen Wüster, la terminologie a connu maintes évolutions, tant conceptuelles que techniques. Elle a connu une multitude d’applications, de la politique linguistique à l’indexation du web, qui l’ont amenée tour à tour à se confronter ou à s’hybrider à une grande variété de disciplines : lexicographie, linguistique, traduction, rédaction technique… Plus frappant, encore, elle a donné lieu à des controverses de haute volée scientifique, par exemple sur l’héritage véritable de son fondateur, sur la source à privilégier dans la recherche d’informations, sur son caractère descriptif ou normatif ou encore sur son rapport avec l’ontologie. Elle nous paraît en particulier voisine de la traduction, en ceci que l’une et l’autre sont, comme l’auteur chez Flaubert, « présent[es] partout et visible[s] nulle part ». Comme elle, son histoire est intimement liée à celle du fait national, puisque la survie ou l’émergence d’une langue tient à la capacité de cette dernière de nommer la totalité des objets du réel (Michel Serres). Tout le monde fait de la terminologie, utilise la terminologie, mais souvent avec une forme d’ignorance qui va de la franche naïveté au franc déni. On pourrait d’ailleurs en dire de même de la linguistique de corpus à laquelle la terminologie s’est intimement liée ces deux dernières décennies dans une approche contextuelle, chère aux contextualistes britanniques, et non plus seulement conceptuelle. De la boîte à chaussures de jadis aux corpus et aux bases informatiques d’aujourd’hui, qui seront demain interconnectées, on ne classe plus, on n’ordonne plus les données du savoir spécialisé, c’est-à-dire les concepts et les termes, ainsi que les relations qui les unissent comme on le faisait par le passé.

Autant de raisons pour organiser un colloque international et pluridisciplinaire pour poser, avec des spécialistes de ces différents domaines, la question de l’unité de la ou des terminologies, pour faire le point sur ces diverses branches, ces diverses hybridations et pour en discerner les perspectives de développement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.