Thèse M. G. Isaac. Sémiotique, syntaxe, sémantique (1879-1901)

Vendredi 30 janvier 2015 à 14h00, Manuel Gustavo Isaac soutiendra sa thèse de doctorat en linguistique théorique et descriptive de l’Université Paris Diderot Paris 7 (École Doctorale de Sciences du langage [ED 132], Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques [UMR-CNRS 7597]):

 
Sémiotique, syntaxe, sémantique (1879–1901). Des conséquences de la modélisation du signe sur la théorie de la signification chez Frege et Husserl
 
Vendredi 30 janvier 2015 à 14h00
À l’Université Paris Diderot Paris 7 – Bâtiment Grands Moulins
Salle Pierre Albouy (6ème étage, salle 685 C)
Devant un ​jury composé de:

  • M. Sylvain AUROUX (DRCE, émérite), Centre National de la Recherche Scientifique, Directeur
  • M. Jocelyn BENOIST (PU), Université Panthéon-Sorbonne, Pré-rapporteur
  • M. Gilles BERNARD (PU), Université Vincennes Saint-Denis, Pré-rapporteur
  • M. Christian PUECH (PU), Université Sorbonne Nouvelle, Examinateur

RÉSUMÉ. — Ma thèse est un travail d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage portant sur la redéfinition du concept de signe qui intervient au tournant du XXème siècle à l’occasion du développement de nouveaux langages formels pour la logique. Dans ce contexte, elle se focalise sur les conditions de constitution et d’émergence, respectivement, du programme logiciste de Frege (1893) et de l’idée de la phénoménologie chez Husserl (1913). Axée sur le problème de la détermination du statut et du rôle de la modélisation du signe à l’endroit du développement d’une théorie de la signification, sa solution repose sur la mise au jour d’une alternative entre deux traitements de l’articulation de la syntaxe d’un système de déduction avec sa signification (soit, moniste ou dichotomique) respectivement corrélés à deux perspectives opposées sur la signification des signes (soit, intensionnelle ou bien extensionnelle) et impliquant différentes conceptions de la logique (soit, comme langage ou comme calcul). Et dans le cadre tracé par cette alternative, sur la base d’une analyse chronologique et thématique de corpus de textes représentatifs, sa contribution consiste dans la reconstitution des liens de causalité qui ordonnent l’interversion des propriétés caractérisant les théories du signe et de la signification de Frege et Husserl, respectivement, des années 1879 à 1892 et 1887 à 1901.
Plan d’accès: http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.