Décimo, Marc, Sciences et Pataphysique

Décimo, Marc, Sciences et Pataphysique – Tome I : Savants reconnus, érudits aberrés, fous littéraires, hétéroclites et celtomanes en quête d’ancêtres hébreux, troyens, gaulois, francs, atlantes, animaux, végétaux.. Dijon, Les presses du réel, 2014, coll.: sciences et pataphysique I, 1056 p., ISBN 978-2-84066-646-2, prix : 34 euros.

Comment, du milieu du XVIIIe siècle à nos jours, un point de vue scientifique émerge en matière d’origine des langues et des peuples / pourquoi et comment sur cette question se constituent des savoirs et des zones de non-savoir ? Le premier des deux volumes constituant cette publication porte sur l’histoire des mythes d’origine et examine la manière dont la science s’arrache de ce qui est aujourd’hui défini comme de la pseudo-science. Quelle langue parlaient Adam et Ève au paradis, situé en Bretagne, si ce n’est le breton de Tréguier ? Et le serpent ? Ulysse a-t-il vraiment navigué sur la mer Égée ou sur la mer du Nord ? Comment peut-on, sans le savoir, être Polonais à Saint-Étienne, Lapon à Rennes, Mongol en Bretagne… Les Gaulois des bords de la Marne ont-ils appris à lire en scrutant les quartiers de la lune ? Avaient-ils pris racine ? Que sont devenus les Atlantes ? Les Mandchous de Chine et les Mandés d’Afrique ont-ils vraiment quelque affinité avec les Normands ? Qu’en pense la médecine ? L’archéologie ? De quoi dissertait-on aux réunions de la première Société de linguistique de Paris ? Les pratiques sexuelles spéciales des Vendéens constituent-elles un trait ethnique ? Leur parapluie sert-il à s’abriter de la pluie ou bien dissimule-t-il d’ancestrales pratiques ethniques ? Les menhirs de Carnac ne signalent-ils pas les tombes de guerriers troyens, égarés après la bataille et un long voyage ? Le fée-minisme n’est-il pas à l’évidence d’essence gauloise ? Qu’apprend-on à la lecture du Bottin sur l’origine gauloise des noms propres français ? Vercingétorix a-t-il des descendants ? Comment en matière d’origine des langues et des peuples, du milieu du XVIIIe siècle à nos jours, émerge un point de vue scientifique, des zones de savoirs et des zones de non-savoirs. Le premier des deux tomes constituant cette publication porte sur l’histoire des origines et examine la manière dont la science (celle décrite au tome II) s’arrache de ce qui est aujourd’hui défini comme mythes.

Décimo, Marc, Comment la linguistique vint à Paris : de Michel Bréal à Ferdinand de Saussure, Dijon, Les presses du réel, 2014, coll.: sciences et pataphysique II, 415 p., ISBN 978-2-84066-599-1 prix : 24 euros.

Comment, du milieu du XVIIIe siècle à nos jours, un point de vue scientifique émerge en matière d’origine des langues et des peuples / pourquoi et comment sur cette question se constituent des savoirs et des zones de non-savoir ? Le second des deux volumes constituant cette publication décrit la naissance de la linguistique en France comme discipline et traite, à partir d’un travail d’archives de première main, des enjeux idéologiques et politiques qui contribuent à cette mise en place.
Ce livre repose sur un travail d’archives qui apporte un éclairage inédit sur la rénovation de l’Université française. Elle est initiée vers le milieu du XIXe siècle grâce à l’action menée par quelques bibliothécaires parisiens et quelques professeurs de l’École normale supérieure. Elle est ensuite liée au destin de Michel Bréal, de la rue d’Ulm (1852) au Collège de France (1864) puis à la création à Paris de l’École des Hautes-Études (1866) avec l’historien Gabriel Monod et le médiéviste Gaston Paris. Michel Bréal y implante l’étude positiviste de l’histoire des religions et des langues, la philologie et la linguistique comme discipline à part entière. En retenant en 1881 le plus brillant linguiste de sa génération, le Suisse Ferdinand de Saussure, il consolide le rêve : les cours vont être fréquentés pendant une dizaine d’années par environ deux cents étudiants. Ceux sont eux qui, malgré les guerres et les décès prématurés, innerveront le monde littéraire et savant, en France et ailleurs, mais aussi l’enseignement secondaire et universitaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.