Soutenance de thèse : Créola Thénault, la renaissance néosaussurienne du paradigme différentiel…

UniversitÉ Paris Ouest Nanterre La Défense École Doctorale 139 « Connaissance, Langage, Modélisation »

 THÈSE

pour obtenir le grade de

Docteur en Sciences du Langage

de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Présentée et soutenue publiquement par

 Créola BĂLTĂREŢU THÉNAULT

le 9 décembre 2014 à 14 h 30

 Lieu :

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Rer : nanterre universite

Bâtiment A, Salle 304

 

LA RENAISSANCE NÉOSAUSSURIENNE

DU PARADIGME DIFFÉRENTIEL EN LINGUISTIQUE

ET SON ILLUSTRATION NÉGATIVE

PAR LA THÉORIE DU PRÉSENT DE L’INDICATIF

EN FRANÇAIS

 

Directeur de thèse :

Simon Bouquet  (Université Paris Ouest)

 JURY :

Mme Gerda HASSLER (Université de Potsdam)

M. Bernard LAKS (Université Paris Ouest)

Mme Danielle LEEMAN (Université Paris Ouest)                                 

M. Jacques-Philippe SAINT-GÉRAND (Université de Limoges)

M. Arild UTAKER (Université de Bergen)

 

Résumé :

La découverte du manuscrit De l’essence double du langage (paru dans les Écrits de linguistique générale en 2002) suscite un regain d’intérêt pour Ferdinand de Saussure et, surtout, permet une réévaluation de son programme scientifique. Dans cette mouvance, une interprétation nouvelle de ce programme a été développée par Simon Bouquet : celui-ci entend, dans un cadre épistémologique de type galiléen radicalisant le principe de différentialité, unifier les champs de la linguistique de la langue et de la linguistique de la parole. C’est à une présentation critique du modèle de Bouquet – dit linguistique néosaussurienne de l’interprétation – qu’est consacrée la première partie de cette thèse. Dans la seconde partie, on a voulu mettre en évidence le caractère largement impensé du principe de différentialité en science du langage. On examine pour cela, comme un cas d’école, le traitement réservé par les grammaires à la théorie du présent de l’indicatif en français. On constate que les grammaires anciennes (du XVIe siècle à la fin du XIXe siècle), antérieures à la divulgation du principe de différentialité par le Cours de linguistique générale, tout autant que les grammaires modernes, postérieures au Cours, sont enferrées dans le paradoxe d’une continuité théorique conjuguée à l’absence d’une théorie satisfaisante et partagée ; et l’on argumente que ce paradoxe tient précisément à ce que ces grammaires rejettent de facto le principe saussurien de différentialité. Une conclusion, en forme d’ouverture, esquisse ce que pourrait être une grammaire décrivant, du point de vue de la langue, le système sémantique du présent en français, ainsi que des lois de corrélation postulées par une linguistique néosaussurienne pour rendre compte de l’essence double du langage qui est d’être simultanément langue et parole.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.