JOURNÉE D’ÉTUDE L’INNOVATION LEXICALE DANS LES LANGUES ROMANES

JOURNÉE D’ÉTUDE L’INNOVATION LEXICALE DANS LES LANGUES ROMANES
MERCREDI 3 DÉCEMBRE 2014
9H00 – 18H00
UNIVERSITÉ PARIS 8, BATIMENT B, SALLE B 106
2, RUE DE LA LIBERTÉ, 93 526 SAINT-DENIS CEDEX
ORGANISÉE PAR
Isabel DESMET, UNIVERSITÉ PARIS 8
LABORATOIRE D’ÉTUDES ROMANES – E.A. 4385
AXE DE RECHERCHE – LINGUISTIQUE COMPARATIVE DES LANGUES ROMANES : THÉORIE ET DESCRIPTION
PRÉSENTATION

En constante effervescence, les langues, générales ou de spécialité, changent afin d’accompagner l’essor de nos sociétés. Elles se transforment, se renouvellent, varient et s’enrichissent au fil du temps et au gré des situations de communication. En cela, leur enrichissement est un phénomène à la fois linguistique et social puisqu’il est le résultat d’une démarche humaine de création, de construction ou de mimétisme. Elle peut être le fruit de l’imagination et de la créativité de l’homme par une action spontanée, consciente ou inconsciente, ou le résultat d’une action réfléchie et élaborée dans le cadre d’une réelle nécessité dénominative due aux évolutions scientifiques, technologiques et techniques. Ainsi, l’étude de la nouveauté lexicale ne peut être menée sans la prise en compte des différents éléments linguistiques et extra linguistiques. La recherche en néologie et en néonymie doit donc être abordée sous de multiples aspects et selon des objectifs clairement prédéfinis pour en tirer des résultats permettant de mettre en lumière les mécanismes de construction de ces nouvelles unités lexicales.

Cette journée d’étude invite à faire le point sur les divers aspects de l’innovation lexicale dans le but de participer à l’enrichissement du spectre théorique et appliqué des études néologiques dans les langues romanes.
Les contributions veilleront à aborder d’un point de vue pratique et théorique l’innovation lexicale sous un aspect comparatif, en exposant la diversité des procédés de création, mais aussi les méthodes et les outils de la recherche en néologie dans les langues romanes. La détection des néologismes permet à la fois de mettre en évidence les évolutions diachroniques auxquelles sont sujettes ces innovations, mais aussi les aspects synchroniques de ces dernières. Les outils utilisés dans le repérage et l’analyse de l’implantation d’une nouvelle unité ou d’un nouveau terme dans une langue, leur circulation vers d’autres langues, ainsi que leur inventaire dans les dictionnaires généraux et spécialisés seront mis en lumière et/ou comparés.
PROGRAMME
9h00-10h00 – accueil des participants et ouverture de la journée
Allocutions d’ouverture :
Xavier TABET, Co-Directeur du LER – E.A. 4385
Annick ALLAIGRE, Directrice de l’UFR 5 – LLCE et LEA, Université Paris 8 et LER – E.A. 4385
Maria Helena ARAÚJO CARREIRA, Responsable de l’axe de recherche « linguistique comparative des langues romanes : théorie et description », LER – E.A. 4385
Isabel DESMET, Organisatrice de la journée « L’innovation lexicale dans les langues romanes », Université Paris 8, LER – E.A. 4385
Séance 1
Modérateur – Isabel DESMET, Université Paris 8, LER – E.A. 4385
10h00-10h20 – John HUMBLEY, Université Paris-Diderot, CLILLAC-ARP et LDI, « La néologie des langues latines dans Neologica ».
Le premier numéro de la revue internationale de néologie Neologica paraît en 2006. Dans son avant-propos à cette nouvelle revue, Bernard Quemada écrit :
« Neologica vient à point pour accompagner, sinon pour soutenir, les progrès d’un domaine en émergence [ …] Aucun linguiste ou langagier ne peut se soustraire au devoir de sauvegarder les langues vivantes dont le destin se joue désormais sur leur capacité à penser et à exprimer la modernité. »

Or, la question des langues traitées, comme des langues de rédaction, n’était pas évoquée, mais ce premier volume comporte déjà un article sur la néologie du portugais ainsi que deux autres sur la collecte comparative de néologismes des langues romanes dans le cadre de NEOROM. Le ton est donné : si le français est privilégié, la néologie des autres langues, en particulier les langues latines, ne doit pas être négligée. Huit numéros de Neologica sont déjà parus et un neuvième est en préparation. Nous ferons dans la communication le bilan de la présence dans la revue des autres langues romanes.
10h30 – 10h50 – Gilbert FABRE, Université Paris 13 – LDI UMR 7147, « Un type de création lexicale particulier : les arabismes de l’espagnol et du portugais ».
Le contact de langue entre l’arabe, le castillan et le galaïco-portugais dans l’Espagne médiévale a amené les locuteurs de ces langues à échanger, à travers la dialectique de l’accueil et du rejet des mots de l’autre, des univers de discours produits par des cultures fort éloignées les unes des autres. Ceux de l’arabe pénètrent dans les langues ibériques sous la forme d’emprunts directs ou de calques. Mais dans un cas comme dans l’autre, on constate que la langue cible n’est pas restée inerte ; elle a adapté ce qu’elle a pris. Il en est résulté une tension entre une force maintenant la capacité signifiante du mot dans sa langue d’origine et une force réorganisatrice sélectionnant les traits sémantiques à la convenance de la langue d’accueil. C’est cette tension entre arabité et romanité qui a permis à l’espagnol et au portugais de construire de nouveaux cadres conceptuels que l’on commence tout juste à décrire. L’étude du lexème monte, calque de l’arabe jabal en espagnol et en portugais, permet de s’en faire une idée assez précise. Elle montre, en particulier, comment les deux langues ont systématisé un sens qui n’était que contextuel dans la langue source.
Discussion
11h00 – 11h30 – pause café
Séance 2
Modérateur – Monique DA SILVA, Université Paris 8, LER – E.A. 4385
11h30-11h50 – Sylviane LAZARD, Université Paris 8, LER – E.A.4385, “Création lexicale dans le secteur de la mode vestimentaire en Italie, à la fin du Moyen Âge. Trois exemples : balzo, de partita / de medietate, cotta.”
À partir d’une recherche menée sur un corpus d’inventaires de garde-robes des XIVe-XVe siècles, rédigés à Venise (P. Molmenti, “La storia di Venezia nella vita privata”), et à Ravenne (S. Muratori, “Vesti, ornamenti e oggetti d’uso in alcuni inventarii dei secoli XIV-XV”), j’essaierai de montrer la diversité des modes de dénomination des pièces d’habillement nouvellement introduites par la mode : soit la métaphore (balzo), parure de tête quelque peu extravagante nommée ‘escarpement’ ; soit le recours à l’emprunt (cotta du fr. cote, divisato dérivé du fr. devise), avec évolution ou non du signifié ; soit une variation sur le concept dominant du référent : ‘la division en deux parties’ sélectionnée pour rendre compte d’un vêtement partagé verticalement en deux parties, de couleurs contrastées, sous diverses formes : adjectif (partito/bipartito) ou syntagme prépositionnel (de medietate/de partita). On découvre donc, dans le secteur de la mode, une grande variété des procédés de création lexicale, qui allie la sélection du sème central et la dérivation, l’emprunt et le trope.
12h00-12h20 – Fabio MONTERMINI, UMR 5263 CLLE-ERSS, CNRS & Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, « Pour une typologie des mots construits: une analyse de la créativité lexicale en italien ».
La première partie de la communication présentera un panorama des procédés morphologico-constructionnels actifs en italien contemporain, en prenant en compte leur disponibilité actuelle ainsi que l’évolution de leur productivité dans les dernières décennies. Ces données sont tirées d’une base contenant environ 9.500 néologismes obtenus à partir de plusieurs sources (principalement des dictionnaires spécialisés) codés selon différentes propriétés (catégories d’entrée et de sortie, type de procédé, éventuels affixes impliqués, année d’attestation). Ce panorama servira de point de départ pour une discussion plus générale sur le statut des différents procédés constructionnels et sur leur émergence. En m’appuyant sur les principes de la Morphologie Constructionnelle (Construction Morphology, Booij 2010), je montrerai que les différentes catégories identifiées par les linguistes et par les lexicographes (affixation, conversion, composition native ou savante…), qui font intervenir des catégories non entièrement linguistiques (historiques, étymologiques…), peuvent être redéfinies lorsqu’on se fonde sur des critères linguistiques explicites et mesurables, tels que les contraintes formelles et sémantique pesant sur les mots construits, les réseaux lexicaux dans lesquels ceux-ci sont insérés, etc. Ainsi, par exemple, la distinction entre dérivation affixale et composition (native ou savante) peut être analysée plutôt comme un continuum que comme une séparation discrète qui opposerait des procédés de nature différente, ce qui permet, en conclusion, de redéfinir les frontières traditionnelles entre les différents types de procédés.
Discussion
12h30 – 14h00 – pause déjeuner
Séance 3
Modérateur – Catherine CAMUGLI GALLARDO, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et MoDyCo (UMR CNRS 7114)
14h00–14h20 – Jean-François SABLAYROLLES, Université Paris 13 SPC et LDI UMR 7187, « Prolégomènes aux analyses néologiques contrastives ».
Les études contrastives, quel que soit leur sujet, doivent partager des objectifs et fondements communs. Nous nous proposons d’exposer certains points méthodologiques préliminaires à de telles études en les illustrant de cas concrets. Les objectifs doivent être d’emblée précisés : sont-ils lexicographiques ? Visent-ils l’étude de l’évolution de la langue ou celle de la créativité lexicale ? D’un point de vue pratique, la question de la constitution des corpus de la veille néologique et d’éventuels corpus d’exclusion mérite d’être posée et résolue après argumentation. La néologicité est un concept qui ne va pas de soi pas plus que sa durée. Elles doivent également faire l’objet de réflexions préliminaires. Les points de comparaison doivent aussi être spécifiés avant tout, en fonction d’objectifs précis. Si le classement en parties du discours ne pose pas de gros problèmes, l’identification du ou des procédés de création est plus délicate et doit s’appuyer sur une typologie homogène (alors que les grilles d’analyse existantes sont nombreuses et hétérogènes) et sur des conceptions partagées sur le statut des flexifs au comportement différent de celui des suffixes dérivationnels.
14h30 – 14h50 – Arnaud LÉTURGIE, Université de Cergy-Pontoise et LDI, « Néologie et ludicité : l’innovation par amalgamation lexicale en français ».
L’amalgamation lexicale (ou mot-valisation) est généralement considérée comme un procédé de création lexicale non productif au regard des autres procédés constructionnels. Elle dispose cependant d’une bonne disponibilité puisqu’on rencontre fréquemment des amalgames lexicaux, notamment dans certains domaines tels que la publicité, la littérature, l’humour ou encore la terminologie. Ce procédé relevant donc de la créativité lexicale jouit d’une relative popularité qui s’illustre notamment au travers de bons mots. L’aspect ludique de l’amalgamation sera ainsi abordé, particulièrement au regard d’exemples collectés dans la presse et sur le réseau social Twitter.
15h00 – 15h20 – Maria Teresa LINO et Christina DECHAMPS, Université Nouvelle de Lisbonne, Centre de Linguistique, « Langue juridique et créativité terminologique : une perspective français-portugais »
Contrairement à l’idée reçue qui veut présenter la langue juridique comme figée dans le temps et peu réceptive à l’innovation terminologique, cette communication prétend démontrer que, justement, cette langue de spécialité a été – et est encore aujourd’hui – le foyer de créations terminologiques assez diverses, dues notamment à l’évolution de la société que le droit est censé accompagner.
En effet, les différentes réformes du droit, en désignant des réalités juridiques – nouvelles ou non -, favorisent le renouvellement du vocabulaire juridique, renouvellement qui passe par des divers procédés de création néologique : formation de nouveaux termes, emprunt (et éventuelle adaptation) de termes étrangers, formation d’unités terminologiques complexes, attribution d’un sens nouveau à des termes déjà existants.
Cette problématique sera commentée sur la base d’exemples en langue française et portugaise.
Discussion
15h30- 16h00 – pause café

Séance 4
Modérateur – Maria Helena ARAÚJO CARREIRA, Université Paris 8, LER- E.A. 4385
16h00-16h20 – Sandra DE CALDAS, Université Paris 8, LER – E.A. 4385, « Lorsque innovation linguistique rime avec importation lexicale : quelques processus néologiques d’importation en portugais et en français contemporains ».
Lorsqu’elle se matérialise par l’apparition d’éléments lexicaux nouveaux voire “inédits” dans une langue, l’innovation en linguistique peut être le fruit d’une pure construction à partir d’éléments intralinguistiques ou le transfert d’éléments lexicaux d’un système venant se greffer voire s’introduire dans un nouveau système, et l’on parle donc, d’une manière générale, d’importation.
Dans cette communication, nous présenterons une étude contrastive de l’un des principaux mécanismes linguistiques d’enrichissement des langues, qu’est l’importation lexicale, au travers d’exemples concrets du portugais européen et du français hexagonal relevés dans un corpus de textes comparables de la presse écrite portugaise et française depuis 2010 dans le domaine de l’économie et de la finance ainsi que des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle, domaines phares de l’actuelle décennie.
Après une approche théorique préliminaire et une exposition des critères de constitution du corpus et de sélection des candidats termes, nous essaierons de mettre en lumière les principaux processus d’importation observés, puis nous tenterons de voir dans quelle mesure ce phénomène constitue une innovation linguistique.
16h30–16h50 – Isabel DESMET, Université Paris 8, LER – E.A. 4385, « Langues de spécialité et foisonnement néologique en portugais et en français : quelques réflexions ».
Les exigences de monosémie des termes et d’absence de synonymie en terminologie sont très souvent contrariées par les realia langagières. Nous proposons dans cette contribution d’examiner comment le foisonnement néologique se manifeste dans la création de termes récents dans plusieurs domaines, en français et en portugais, à partir de bases de données multicorpus portugaises et françaises contemporaines. Cette étude comparative prendra aussi en compte le foisonnement néologique des termes empruntés (quasi exclusivement à l’anglo-américain) ou qui ont suscité des équivalents dans les deux langues en question. Enfin, la dernière partie de la contribution examinera les procédés lexicologiques les plus productifs mis en oeuvre dans la création de ces néonymes en portugais et en français.
Discussion
17h00 – 17h30 – Bilan et clôture de la journée
Cocktail


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.