Séminaire de Recherche HTL Labex EFL 2014-2015

Labex-EFL_22015-2016 : séminaire HTL-LABEX EFL Grammaires étendues, voir la page : http://carnetshtl.hypotheses.org/1317

2014-2015 : Séminaire HTL-LABEX EFL  « L’explication en linguistique »

 

Le séminaire de recherche 2014-2015 du laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques, organisé en partenariat avec l’axe 7 du Labex EFL, débutera le 18 novembre 2014 (voir le programme ci-dessous)

Le séminaire se tiendra un mardi sur deux, de 17h00 à 19h00, dans le bâtiment Olympe de Gouges (salle 101, 1er étage), sur le campus des Grands Moulins de l’Université Paris Diderot.

Présentation

Le thème proposé ici invite à s’interroger sur ce qui constitue, pour une théorie donnée, une explication, et motive l’acceptation d’une explication.

Une théorie est-elle reconnue comme explicative parce qu’elle apporte un gain descriptif, technique ou pratique ? La réponse semblerait évidente, si une partie non négligeable de la production conceptuelle des sciences du langage ne paraissait justifiée, ni par l’évidence d’une meilleure technicité, ni par une finalité pratique plus ou moins explicite (grammatisation, traduction automatique, conservation d’un texte ancien, didactisation des savoirs etc.), mais apporter néanmoins ce qu’on peut appeler un gain cognitif, en suggérant par là qu’il est plutôt explicatif que véritablement technique ou formel. Au vingtième siècle, la théorie de Gustave Guillaume, inaccessible aujourd’hui comme hier à toute validation ou réfutation empirique (neurolinguistique, dialectologique ou autre), mais dont les linguistes qui s’en réclament considèrent qu’elle « marche », qu’elle « est éclairante », peut passer pour un cas exemplaire d’invention conceptuelle produisant un gain cognitif de ce type, sans progrès empirique immédiatement visible. Dans le même ordre d’idées, qu’apporte à la Grammaire générale et raisonnée la théorie des jugements, quel bénéfice la description grammaticale en tire-t-elle ?

Quels sont alors les critères en fonction desquels une théorie estime avoir réalisé un gain, ou reconnaît comme pertinents pour définir une bonne explication ? A quoi se rapporte le niveau jugé explicatif (universaux, fonctions discursives, rapports sociaux, nature humaine, cognition…) ? Ces critères peuvent aussi concerner la conception de la scientificité qui prévaut dans telle théorie, la nature des généralisations théoriques (par ex. doivent-elles être algorithmiques ou peuvent-elles être des approximations statistiques ?), l’acceptation du caractère normatif des phénomènes linguistiques ou au contraire l’affirmation « substantialiste » (Auroux 1998, La raison, le langage et les normes) que les connaissances produites correspondent à des processus réels. Dans la première hypothèse, la normativité doit-elle être considérée, un peu trivialement, comme un effet de la description ou bien faut-il y voir une propriété constitutive de l’objet lui-même ? Si on adopte à l’inverse une perspective réaliste, se pose la question du rapport à la validation externe (par d’autres sciences) et à des méthodes hétérogènes. Ces méthodes peuvent-elles réagir sur la théorie linguistique et en changer la nature ? Peuvent-elles être éludées, et par quels arguments ? A l’inverse, des descriptions peuvent être reconnues comme des artefacts ou des fictions. Cette approche fictionnaliste est en effet fréquemment défendue en théorie des modèles. Quel est alors le statut des généralisations ?

Enfin, sont concernés les conflits théoriques entre approches rivales, dans la mesure où ces conflits portent sur ce qui doit, précisément, constituer une bonne explication, ou bien doit être rejeté comme une redescription redondante des phénomènes, une objection portant sur des faits périphériques, une incompréhension des engagements pris par la théorie en cause etc.

L’enquête est ouverte à la prise en compte de la diversité des traditions linguistiques, y compris celles constituées à date ancienne et sous d’autres régimes de scientificité que ceux de la modernité.

Programme provisoire

18 novembre 2014

Sylvain Auroux (CNRS UMR 7597) : Normativité Vs Substantialisme

Depuis cinquante ans les tenants de la grammaire générative soutiennent que la linguistique est une discipline appartenant aux sciences de la nature et décrivant un objet naturel. Le linguiste finlandais E. Itkonen a soutenu que le langage dépendait d’une activité normative des sujets humains.  On posera la problématique, en montrant quelle réponse peut être apportée à l’aide des résultats de l’histoire des théories linguistiques.

16 décembre 2014

Jean-Michel Fortis (CNRS UMR7597) : Explication et choix théorique

On peut penser qu’à une perspective théorique donnée correspondent des domaines et des critères qui contraignent ce qu’est une explication recevable pour cette théorie. Cependant, les motivations qui orientent les acteurs vers certaines options théoriques peuvent difficilement être réduites au choix de tels critères, qui relèvent de référentiels théoriques et de logiques argumentatives, non plus qu’à la couverture empirique de tel ou tel domaine. Le propos de cet exposé est d’investiguer le rôle de ces critères et leur nature dans diverses approches, de questionner l’importance de la couverture empirique des théories en concurrence, et de souligner des motivations d’autres ordres. La discussion sera illustrée par des exemples venant de la linguistique contemporaine (grammaire générative, sémantique générative, linguistique cognitive, linguistique fonctionnaliste).

06 janvier 2015

Séance annulée Didier Samain (ESPE de Paris UMR7597)

20 janvier 2015

Didier Samain (ESPE de Paris UMR7597) Hypotheses fingo. Fictions et phénoménisme dans les sciences du langage

La fameuse formule de Newton hypotheses non fingo a trouvé un corrolaire épistémologique tardif en sciences du langage chez les néogrammairiens et, dans une moindre mesure, chez leurs héritiers structuralistes. Le principe en est que, si les causalités singulières ne sont pas accessibles à l’observation, alors seule est légitime la modélisation de régularités phénoménales. Dans la pratique, ce principe élémentaire d’abstinence épistémologique ne fut cependant respecté ni au 19e, ni au 20e siècle, qui ont généralement continué à formuler les questions grammaticales sous forme de récit génétique. Cette inertie ou cette récurrence de la fiction pose un problème qu’on exposera rapidement.

03 février 2015

Séance annulée, reportée  au 19 mai 2015

03 mars 2015

Jacques François (Université de Caen) Hugo Schuchardt et le génie de la controverse.

1.    Bref rappel de la controverse avec Antoine Meillet (1906-1928, cf. Baggioni 1988)
2.    La controverse sur l’héritage généalogique d’August Schleicher et la diffusion dialectale (1870, éd. 1900)
3.    La controverse avec les néogrammairiens sur l’inconditionnalité des lois du changement phonétique (1886)
4.    La controverse (posthume) avec Georg von der Gabelentz sur les apparentements typologiques et généalogiques du basque (1893)
5.    Conclusion : Schuchardt, un linguiste anti-généraliste

17 mars 2015

Robert Nicolaï (UMR 7597) Retour sur les controverses et débats « fin de 20e siècle » à propos de la méthode comparative

On s’intéressera à la succession des controverses qui ont agité le monde comparatiste (non indo-européaniste) avec  l’avènement de la méthodologie de la mass-comparison (Greenberg, 1955, 1963) : classification et généalogie des langues ; phénomènes, modèles, constructions épistémiques et recouvrements socio-idéologiques. Accessoire, mais illustratif, le cas  particulier du songhay servira de support. L’objectif sera de questionner  l’évidence classificatoire, les latitudes interprétatives, les raisons, et « bonnes raisons » d’un choix de méthode et de cadre théorique, la « validation » de sa « suffisance », les « en deçà » et les « au-delà »  pratiques de ce choix.

Document disponible sur le site academia.edu : https://www.academia.edu/11458882

Références succinctes :

  • Greenberg (1963). The Languages of Africa. Bloomington, Indiana University Press.
  • Nicolaï (1990). Parentés linguistiques (à propos du songhay), Paris, Éditions du CNRS.
  • — (2000). La traversée de l’empirique. Essai d’épistémologie sur la construction des  représentations de l’évolution des langues. Paris, Ophrys.
  • — (2003). La force des choses ou l’épreuve nilo-saharienne. Questions sur les reconstructions  archéologiques et l’évolution des langues. Köln, R. Köppe.

 

31 mars 2015 : 2 interventions

de 16H à 17H : Diana Luz Pessoa de Barros (Université Mackensie et Université de Sao Paulo) La langue nationale du Brésil.

La question de la construction du portugais comme langue nationale du Brésil est traitée en reprenant des études développées selon la perspective de la sémiotique discursive et qui portent sur les discours de la grammaire du portugais du XVIe siècle à nos jours. Deux parties composent alors cet exposé. La première se fonde principalement sur les travaux de Sylvain Auroux à propos de la grammatisation des langues et traite du rôle de la grammaire dans la construction des langues nationales. Selon Sylvain Auroux, ce rôle consiste à unifier les variations propres des pratiques langagières des langues et à construire, par le biais de cette unification, la langue nationale. Notre propos est de montrer que les discours grammaticaux, ainsi que les discours littéraires, qui créent des langues nationales, sont des discours de la norme unique et de la langue homogène, sans variations, qui se fondent donc sur le principe de l’exclusion et qui résultent de l’opération de tri, telle qu’elle est conçue par Zilberberg. La deuxième partie de l’exposé porte précisément sur le discours des grammaires brésiliennes du XIXe siècle et des œuvres littéraires de cette même période, lorsque l’État-nation brésilien et la langue nationale du Brésil se sont constitués, afin de montrer qu’il est aussi un discours d’exclusion par tri, à l’instar de tous les discours de construction de langue nationale. Dans le cas présent, l’opération de tri consiste à se distancier du Portugal et de ses usages linguistiques. Toutefois, il convient d’observer que les discours des grammaires brésiliennes et de la littérature de cette époque, alors qu’ils s’affranchissent du Portugal, construisent et valorisent l’identité linguistique « métisse » brésilienne par l’opération de mélange avec d’autres langues et usages (ceux des Indiens, des noirs et des immigrés). Les discours implicatifs, comme le sont, en général, ceux qui construisent la langue nationale, n’admettent aucune conjonction, car leurs termes contraires s’y opposent. Seuls les discours concessifs autorisent l’impossible et opèrent la conjonction entre des contraires, d’où résulte le terme complexe. Pour créer leur langue nationale, les grammaires brésiliennes et les textes littéraires du XIXe siècle concilient, alors, les termes contraires de pureté vs mélange. Cette langue ainsi construite est à la fois portugaise et brésilienne, la même bien que autre, ou autre bien que la même.

de 17 H à 19 H : Cyril de Pins  L’explication dans les textes du Codex Wormianus – Islande XIIe-XIVe s. Expliquer le familier par le familier et l’étranger par le familier – l’adaptation d’une tradition étrangère comme facteur de compréhension de la sienne et comme utilisation de ses ressources pour comprendre ladite tradition. Grammaire, poésie, mythologie et exégèse.

Les textes linguistiques rédigés en Islande au moyen âge et conservés dans le Codex Wormianus couvrent une période de deux siècles, au cours desquels l’objet de leurs explications et leurs méthodes d’explication se modifièrent beaucoup. Les premiers textes s’intéressent surtout à la poésie scaldique, poésie vernaculaire souvent obscure et difficile à comprendre, pour des raisons sémantiques et pour des raisons métriques/syntaxiques. Ces difficultés semblent avoir donné aux scaldes une grande familiarité avec un certain nombre de problèmes posés par la langue, si bien que c’est grâce à la pratique et à la connaissance de cette poésie que les analyses phonologiques de la langue purent être conduites, en expliquant une langue familière, le norrois, par une pratique familière, la métrique de la poésie scaldique. La composition de ces textes fut cependant rendue nécessaire par une menace pesant sur la pratique de cette pratique poétique, à cause de la trop grande part de mythologie qu’elle supposait connue. La menace venait de la nouvelle religion chrétienne, menace qui apportait aussi la technique de l’écriture rendant possible une conservation matérielle du patrimoine menacé.
Entre 1150 et 1350, les autorités auxquelles les textes font volontiers référence changèrent : d’une référence exclusive aux scaldes, au familier, l’autorité passa à une référence de plus en plus grande aux auteurs latins, à la langue latine et aux méthodes latine. Les derniers textes proposent des explications de strophes poétiques qui n’ont plus rien d’autochtone et qui empruntent explicitement aux techniques de l’exégèse chrétienne. Désormais, c’est la culture importée, l’étranger, qui offre les ressources explicatives.
Le changement de régime d’explication était prévisible, dans la mesure où l’explication ne devint nécessaire, initialement, que dans une situation de confrontation avec une altérité, la culture chrétienne latine. Pour expliquer grammaire et poésie, la mythologie norroise fit place à l’exégèse, les figures norroises aux figures latines.

07 avril 2015

Barbara Hemforth (LLF) Parler pour communiquer : la communication comme théorie explicative du langage

05 mai 2015: séance annulée ; cette séance sera reportée à une date ultérieure non encore déterminée

Philippe Monneret  (Université de Bourgogne) L’explication en linguistique est-elle nécessairement une explication linguistique ? Éléments de réponse à partir du cas guillaumien

19 mai 2015

Cette séance remplace celle du 3 février dernier, qui a dû être reportée

François Rastier  (CNRS, INALCO)   Les inexplicables en linguistique de corpus.

Défis pour le « sentiment linguistique », les nouveaux observables que met en évidence la sémantique de corpus sont autant de défis pour l’interprétation ; il faut donc se garder de surinterpréter ses résultats, en indiquant toutefois des pistes de réflexion. Elles portent bien entendu sur les principes sous-jacents, souvent peu explicites, qui président à la constitution des corpus ; sur l’utilisation de logiciels comme instruments d’expérience ; enfin, sur les notions d’unité linguistique, de niveau et de palier d’analyse, comme sur les partitions disciplinarisées qui relèvent de la philosophie du langage (pragmatique, etc.).

02 juin 2015

Lorenzo Vitral, La Grammaire Générative et la Biologie Contemporaine : critères d’objectivité et validation

09 juin 2015 : 2 interventions

15H-17H Philippe Monneret (Université de Bourgogne), L’explication en linguistique est-elle nécessairement une explication linguistique ? Éléments de réponse à partir du cas guillaumien.

Dans ses dernières Leçons, ainsi que dans l’article de 1958 paru dans les Études philosophiques, Gustave Guillaume s’attache à définir la nature de l’explication linguistique par opposition à l’observation et  approfondit l’idée que les généralisations à partir des observables empiriques ne peuvent fournir une base solide pour l’explication linguistique. Selon cette perspective, l’observation et l’analyse linguistique doivent être dérivées de principes indépendants de la description linguistique, principes que Guillaume nomme des « inévitables » ou des « exigences absolues ». On s’interrogera donc sur la nature de ces contraintes (sont-elles de nature cognitive, intrasystémique, ontologique ?), non seulement dans le cas de la théorie guillaumienne, mais aussi dans le cas d’autres modèles. L’enjeu sera d’évaluer la thèse de l’auto-fondation de la linguistique empirique.

Texte en ligne sur le site du CTLF :  http://ctlf.ens-lyon.fr/voirtexte.asp?fic=5340_fr_Guillaume_T19&f=txt&num=772&auteurs=Guillaume,%20Gustave&titre=

17H-19H : Anne Abeillé (Université Paris Diderot, LLF), Explication et théories syntaxiques

On posera la question de ce qui constitue une explication dans les théories syntaxiques contemporaines, à partir de quelques exemples : l’analyse des pronoms faibles en français par Miller et Sag 1999 sera comparée à celle de Kayne 1975 ou Sportiche 1991 ; l’analyse de Pollock 1989 pour la négation en français et en anglais sera comparée à celle de Kim et Sag 2002 etc.

 

Consulter les archives du séminaire : https://carnetshtl.hypotheses.org/category/rencontres/seminaires/seminaire-htl-efl-archives


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.