Les notes de cours des enseignants : un objet écrit non identifié

La journée d’étudeLes notes de cours des enseignants : un objet écrit non identifié, organisée par Muriel Jorge et Pierre-Yves Testenoire avec le soutien de l’INSPE de Paris, du laboratoire Histoire des théories linguistiques et de ConSciLa, aura lieu le 1er décembre 2021 à l’INSPE de Paris (Site molitor) : 10 rue Molitor, 75016, Paris. Amphithéâtre 1.

Il est possible d’assister via zoom à cette journée d’étude, pour cela merci de vous inscrire en remplissant ce formulaire. Un lien de connexion vous sera envoyé la veille, mardi 30 novembre.

L’intérêt porté depuis plusieurs années aux gestes professionnels des enseignants a fait émerger la question de leurs pratiques d’écriture. Deux aspects des pratiques enseignantes ont jusqu’ici concentré l’attention des chercheurs : l’écriture réflexive dès la formation initiale, d’une part, et l’existence d’un agir enseignant que révèlent notamment les interactions en classe, d’autre part. Entre ces deux pôles, les écrits sans visée réflexive ni formative produits par les professeurs dans l’exercice de leur métier sont largement occultés par l’importance accordée à l’oralité du temps d’enseignement et, de ce fait, relativement peu étudiés. Des typologies ont néanmoins été proposées pour classer ces écrits (Clerc 1999, Daunay 2011). Parmi les catégories dégagées, certaines ont été plus étudiées que d’autres. Alors que des recherches ont été menées sur l’annotation des écrits d’élèves (Halté 1984, Pilorgé 2010, Elalouf 2016), sur l’écriture au tableau (Nonnon 1999, 2000, 2004, Hassan 2010), sur les affichages en classe (Dufour 2013, 2016) et sur la production de supports d’apprentissage (Morisse 2011, Le Ferrec & Leclère 2015), l’écriture de leur cours par les professeurs reste largement inexplorée. Cette disparité tient à une spécificité des notes de cours des enseignants : produits en dehors de la classe, ceux-ci ne sont pas destinés à circuler. Ainsi soustraits aux regards extérieurs, ces écrits sont considérés par les enseignants eux-mêmes comme les plus personnels de leurs écrits professionnels. Absents, de fait, des discours institutionnels, ils résistent aussi davantage à l’observation des chercheurs. La multiplicité des désignations pour ce type d’écrits (« préparations », « cours », « fiches de préparation », « notes », etc.) ainsi que leur hétérogénéité selon les contextes (niveaux d’enseignements, disciplines), selon la variété des technologies utilisées (manuscrit, numérique, papier, tablette, etc.) et selon les pratiques des enseignants rendent l’objet notes de cours difficile à appréhender.

L’objectif de cette journée d’études est de contribuer à cerner cet objet écrit, quotidien dans la pratique mais peu visible, en confrontant trois points de vue :

  • Les notes de cours, des “avant-dire” ?
  • Les notes de cours, traces et média de la transposition didactique ?
  • Les notes de cours, une écriture professionnelle parmi d’autres ?

→ Programme

→ Livret des résumés


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search