Thi Kieu Ly Pham, lauréate du prix de thèse du GIS Asie 2020

Le 2 juin, le GIS Asie remettra un prix de thèse à Thi Kieu Ly Pham, pour son travail de thèse sur La grammatisation du vietnamien (1615-1919) : histoire des grammaires et de l’écriture romanisée du vietnamien  dirigé par Dan Savatovsky et Xuyến Lê Thị et soutenu le 21 novembre 2018. La cérémonie aura lieu en ligne, de 9h30 à 10h30, en ouverture des Journées scientifiques en ligne du GIS Asie « Asia « in care »: The concern for others through the lens of Asian studies ». 
Aujourd’hui membre associée d’HTL,  elle nous présente ses recherches actuelles et ses projets, son parcours ainsi qu’un résumé de sa thèse. Un exemplaire de celle-ci est disponible au centre de documentation du laboratoire.

Mes domaines de recherche

Mes recherches portent principalement sur l’histoire des grammaires et de l’écriture romanisée du vietnamien (1615-1919), ainsi que sur la linguistique missionnaire en Asie à partir du 16e siècle. J’étudie l’influence des modèles grammaticaux (latin, français) dans la description grammaticale du vietnamien. Mes travaux visent aussi à reconsidérer la création et l’évolution de l’écriture romanisée du vietnamien.

Je projette de mener des recherches sur les travaux de « romanisation » des écritures et de grammatisation des langues des ethnies minoritaires du Vietnam entrepris par les prêtres des Missions Etrangères de Paris aux 19e et 20e siècles, s’agissant des langues ou dialectes suivants : bahnar, cham, jarai, lac, day, miao, nung, radhé, sedang, sré, stieng, tay… Ces langues et dialectes n’ont pas encore d’écriture reconnue. Mon projet vise non seulement à traiter de l’histoire de la romanisation et de la grammatisation de ces langues, mais aussi à standardiser l’écriture romanisée en vue de l’introduire dans l’enseignement chez les ethnies minoritaires.

Mon parcours

En 2008, après avoir obtenu un Master en Sciences du langage à l’Université Lumière Lyon 2, je suis retournée au Vietnam où j’ai travaillé comme professeur de français à Hanoi. J’ai rejoint le groupe Cánh Buồm [La Voile] du pédagogue Phạm Toàn. Nous rédigions des manuels scolaires afin de contribuer à la rénovation des méthodes d’enseignement-apprentissage des langues. Au cœur de ce travail : les manuels de vietnamien. En discutant de l’histoire des écritures en usage au Vietnam, j’ai constaté que les plus jeunes membres du groupe, comme la plupart des jeunes Vietnamiens, ignoraient tout de l’histoire de l’écriture alphabétique que nous utilisions. J’ai commencé à étudier les publications portant sur l’histoire de l’écriture romanisée du vietnamien et je me suis lancée dans un Doctorat. Mon projet de thèse a été accepté en 2013 par l’École doctorale 268 Langages et langue de l’Université Sorbonne nouvelle et sous la direction de Dan Savatovsky. J’ai pu bénéficier d’un financement de la région Ile de France.

Ma thèse

La grammatisation du vietnamien (1615-1919) : histoire des grammaires et de l’écriture romanisée du vietnamien

Ce travail de recherche porte sur la grammatisation du vietnamien. Nous avons étudié les ouvrages grammaticaux, composés en latin puis en français, par des missionnaires de diverses congrégations, des administrateurs coloniaux et des grammairiens vietnamiens et français entre 1651 et 1919. L’objectif était de montrer dans un premier temps comment le modèle de la grammaire latine opère dans cette grammatographie, en mettant l’accent sur les spécificités de la langue vietnamienne, telles que les auteurs les ont dégagées. Nous avons mis en évidence, dans un deuxième temps, les conditions, les formes et les effets de la transition du modèle latin vers le modèle français dans la description de la langue et en particulier l’évolution de la conception des parties du discours pendant toute la période considérée. Ce changement coïncide avec l’adoption progressive d’un point de vue contrastif français / vietnamien dans la description du vietnamien.

Ce travail de recherche porte spécialement sur la création et l’évolution de l’écriture romanisée du vietnamien et l’histoire des conceptions linguistiques qui les sous-tendent. Il s’agit d’établir, d’éditer et d’analyser un corpus réunissant les rapports annuels des jésuites rédigés au Tonkin et en Cochinchine de 1615 à 1651, conservés actuellement dans deux fonds d’archives Jap-Sin et Jesuítas Na Ásia. Nous avons cherché à comprendre selon quelle logique les missionnaires jésuites des premières générations ont transcrit le vietnamien en ayant recours à l’alphabet du latin et à celui des langues romanes. Nous avons retracé l’évolution de cette écriture. L’étude des manuscrits écrits en vietnamien romanisé nous a aussi permis de faire l’histoire des changements du système consonantique vietnamien depuis le 17e jusqu’au début du 20e siècle.

Nous avons montré également quels facteurs religieux, culturels et politiques ont pesé sur cette histoire. L’étude des rapports adressés à leurs supérieurs par les jésuites (à partir de 1615) et par les pères des Missions Étrangères de Paris (à partir de 1663) nous a permis de mettre en lumière le rôle de cette écriture, d’abord comme moyen d’apprentissage destiné aux prêtres étrangers, puis comme moyen de communication entre les missionnaires et les prêtres autochtones. Enfin, nous avons étudié les débats relatifs aux systèmes d’écriture et les choix qu’ils ont entraînés, s’agissant de la politique linguistique menée par l’administration coloniale française en Cochinchine et au Tonkin. L’écriture quốc ngữ est introduite dans l’enseignement en 1861 ; il est ensuite promu écriture officielle et remplace les sinogrammes chez les lettrés et dans les actes administratifs ou juridiques après l’abolition des concours de recrutement des mandarins en 1919.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search