Thèse en cours : La description des langues himalayennes de Brian H. Hodgson au Linguistic Survey of India – Jean-Baptiste Lamontre

Brian H. Hodgson dessiné par William Tayler vers 1849
Brian H. Hodgson dessiné par William Tayler vers 1849

Jean-Baptiste Lamontre, doctorant au laboratoire HTL depuis la rentrée 2020, nous présente son travail de thèse sur « La description des langues himalayennes de Brian H. Hodgson au Linguistic Survey of India », dirigé par Émilie Aussant (HTL) et Aimée Lahaussois (HTL).

Ce travail de thèse fait suite à un mémoire de linguistique descriptive soutenu dans le cadre du master Sciences du Langage de l’INaLCO/Paris 3 et portant sur la morphologie verbale du kulung (Népal), qui présente la complexité typique de la famille kirantie. Ma thèse prolonge les questionnements sur les schèmes de description linguistique et d’organisation grammaticale que ce premier travail sur le kiranti m’a fait toucher du doigt, pour les recentrer sur le premier demi-siècle de l’histoire de la grammatisation de ces langues, depuis les travaux pionniers de Brian H. Hodgson dans les années 1850 jusqu’au Linguistic Survey of India de George A. Grierson (1909).

Mes recherches visent à donner au « Père des études himalayennes » sa juste place dans l’histoire de la grammaticographie : d’abord, en mettant en évidence les héritages reçus et les influences exercées par lui sur les études kirantologiques jusqu’à l’époque du LSI (voire jusqu’à nos jours) ; ensuite, en évaluant la qualité de ses travaux, non pas tant à l’aune de nos descriptions modernes que des travaux de ses contemporains. L’étude s’attache en particulier à éclairer :

  1. le discours métalinguistique de l’auteur : dans quelle mesure, notamment, la description que donne Hodgson de faits de langue pour lui « exotiques » (l’indexation biactancielle, l’ergativité…) peut s’étudier dans un paradigme de « grammaire étendue » ;
  2. les méthodes et l’outillage des enquêtes linguistiques sur le terrain ;
  3. les pratiques d’annotation, de glosage et de transcription de l’auteur, qui sont à resituer dans une époque où elles ne sont pas encore conventionnalisées ;
  4. l’ « horizon de rétrospection » de l’auteur : les pairs et les lectures personnelles qui ont informé son modèle descriptif.

Ce travail comporte une dimension archivistique importante, qui se concrétisera dès que les circonstances le permettront.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search