Séminaire de recherche HTL-Labex EFL 2020/2022

« La règle en grammaire.
Histoire et épistémologie »

Le séminaire de recherche 2020/2021 du laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques est organisé en collaboration avec le LabEx EFL. Les séances auront lieu le vendredi après-midi, de 14h à 16h.

La liste des intervenants, les  lieux et détails de leurs interventions seront mis-à-jour au fur et à mesure, pensez à vérifier la salle pour chaque séance.

Présentation

Dans la droite ligne d’un précédent programme de l’unité qui a porté sur l’exemple, le laboratoire HTL propose à partir de cette année un séminaire sur la règle dans les grammaires. Nous partons de l’intuition selon laquelle les ‘règles’ sont probablement un des ingrédients fondamentaux, peut-être nécessaires (avec les exemples, les paradigmes flexionnels,…) – toutes les grammaires comportent des ‘règles’ comme elles comportent des ‘exemples’– de ces objets de discours singuliers que sont les grammaires de la tradition gréco-latine puis des traditions attachées à la description des vernaculaires qui en sont issues.

Cette approche de la notion de règle se situe dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler, dans le prolongement des travaux de Sylvain Auroux (1998), l’hypothèse technologique : grammaires, dictionnaires, appareils scolaires, procédures d’apprentissage des langues et d’accès à l’univers de l’écrit… varient dans l’espace et le temps, mais constituent un ensemble de savoirs et de savoir-faire qui se déploient dans une temporalité longue et s’adaptent à des « espaces » culturels et historiques variés. Le terme de « tradition » doit ici être entendu en termes de tradition technique : les descriptions des langues, les théories grammaticales et linguistiques peuvent certainement acquérir une dimension abstraite et spéculative éminente, elles n’en restent pas moins des prothèses de l’expertise humaine qui transforment cette dernière au moins autant qu’elles la reflètent. Dans cette mesure, l’histoire des idées linguistiques fait de la fameuse « fonction métalinguistique » des linguistes, non seulement une propriété des langues et des locuteurs, mais surtout une fonction « externalisée », une réalité empirique à dimension à la fois cognitive, socio-culturelle et politique. Comme les objets techniques de ce qu’on considère comme la culture matérielle, les produits de la grammatisation des langues (listes, paradigmes, grammaires, dictionnaires…) constituent, dans l’ordre des « technologies intellectuelles » des observatoires des langues qui ne font pas que refléter les règles de la communication, mais qui transforment profondément et activement son « écologie ».

Toutefois la permanence de ces objets discursifs, au moins dans la tradition gréco-latine puis européenne, ne garantit ni l’identité de leur statut ni celle de leur forme à l’échelle de la longue durée. Plus encore, il n’est pas certain que la prise en compte de la diversité des traditions confirme l’évidence intuitive qui nous sert de point de départ. Des générations de grammairiens sous toutes les latitudes et à toutes les époques ont certes œuvré pour dégager, préciser, simplifier, exposer, illustrer, exemplifier les régularités de la langue, ou de la pratique langagière visée par leurs travaux, mais pour autant écrivent-ils et élaborent-ils des règles ?

Le séminaire proposera une exploration dans plusieurs traditions (en l’occurrence les traditions arabe, française, grecque, hébraïque, latine, russe, sanskrite, syriaque, tamoule,…) de la diversité des phénomènes qui peuvent être rassemblés sous cette notion, en s’intéressant en particulier aux trois grandes thématiques suivantes sous lesquelles nous rangeons un ensemble (non exhaustif) de questions possibles :

  1. Langue idéale et langue réelle : comment s’articulent description et prescription dans l’élaboration de la règle ; projection ou rêverie d’une langue idéale (à construire, à préserver, à transmettre, à restaurer, etc.) ou d’une langue commune (à instituer) ? dans quelle mesure la règle est-elle le creuset de la fabrique de langue ?  symétriquement quel est le statut de la faute, qu’est-ce qui la fonde, comment sont pensées (appréhendées, décrites, éventuellement justifiées) l’exception, la transgression ?
  2. Les grammairiens au travail : quelle(s) parties(s) de la grammaire sont concernées par les règles ? comment les grammairiens se représentent-ils et fabriquent-ils la règle ? comment sont-elles écrites dans les différentes traditions ? comment sont-elles débattues, transmises, modifiées, au cours du temps ? Quel est leur régime d’historicité ? Comment leur rapport à l’histoire, leur inscription dans l’histoire sont-ils pensés ? comment et par quels moyens les grammairiens déterminent-ils, identifient-ils ce qui est régulier / fautif / poétique ? dans quel espace empirique [corpus fermé, usage(s)…] ? comment les normes linguistiques s’inscrivent-elles dans le contexte des normes en circulation dans l’espace social (civilité, politesse…). Existe-il des modèles, des formats de règles qui caractérisent les traditions ? Comment ces formats se sont-ils (éventuellement) diffusés dans le cas des grammaires étendues ?
  3. Epistémologie : comment s’articulent normes et règles (si l’on désigne par ce dernier terme seulement une forme du discours grammairien) ? quels types de norme fondent les règles des grammaires ? quel est la source et le fondement de la légalité grammairienne et comment sont-ils pensés (corpus prestigieux, autorités, usage particulier symboliquement et/ou socialement dominant… ) ?

Dates et intervenants

2021/2022
  • 21 janvier 2022 : Aurélia Elalouf : « Règles, principes, lois chez les grammairiens français à la fin du XIXe / début du XXe siècle »

L’exposé examinera le traitement de la règle chez deux grammairiens aux carrières parallèles, Ferdinand Brunot et Léon Clédat, tous deux auteurs d’une grammaire historique, de manuels de français pour le primaire et d’une grammaire (synchronique) du français. Nous discuterons en particulier du statut de la règle — au côté d’objets proches dénommés « principes » ou « lois » — dans leur tentative de renouvellement de la description grammaticale et du rapport à la norme linguistique dans cette perspective.

  • 18 mars 2022 : Sylvie Archaimbault : « L’élaboration de la règle grammaticale en Russie au XVIIIe siècle »

La réflexion philologique sur la langue russe a connu au XVIIIe siècle un puissant développement, aiguillonné par les différents monarques. L’établissement d’un corpus de règles pour l’affermissement d’une langue écrite qui s’affranchisse nettement du slavon a été l’un des grands chantiers du siècle. C’est pour acclimater en Russie les formes littéraires du classicisme tout en respectant la prosodie naturelle de la langue que des règles de versification ont été élaborées par Vasilij Trediakovskij (1703-1769) dans sa Méthode nouvelle et concise pour composer des vers (1735).

Ce travail sur la versification sera poursuivi et élargi à la règle grammaticale par Mixail Lomonosov (1711-1765). Sa Grammaire russienne (1755) constitue une présentation organisée des règles de la grammaire russe, regroupée en six instructions. Celle-ci, présentant tout à la fois une analyse formelle, fonctionnelle et stylistique de la langue russe, exercera une influence durable sur la réflexion grammaticale postérieure et reste, aujourd’hui encore, un point de repère important.

  • 15 avril 2022 : Jean-Marie Fournier
  • 24 juin 2022 : Judith Kogel
2020/2021
  • 5 février 2021 : Margherita Farina : “Du qanūn au qiyās: règle, paradigme et analogie dans la tradition grammaticale syriaque”

Cette intervention examinera le développement du concept de “règle” au sein de la tradition grammaticale syriaque. A partir de la notion de “canon” (qānōn/qānūn) empruntée à la grammaire technique grecque, et qui désigne d’abord les exemples et les “patrons” qui fournissent des modèles pour la formation des mots, on observe la progressive extension de ce terme à la désignation d’une règle, que les exemples explicitent. Nous essaierons aussi de montrer comment, au XIIIe siècle, la notion arabe de qiyās semble être sous-jacente à la notion de règle énoncée par le grammairien Barhebraeus.

 

  • 5 mars 2021 : Bernard Colombat : “La règle dans la tradition grammaticale latine”

J’étudierai  la présence et le fonctionnement de la règle dans la grammaire latine sur la longue durée. L’objectif est de montrer que la règle est moins le produit d’une activité normative que celui de la recherche des régularités de la langue, avant tout sur le plan de la morphologie. Ainsi la règle est plus au départ une composante interne de la langue que le grammairien révèle. Ce n’est que dans un deuxième temps que la règle devient un artefact développé par le grammairien servant à décrire et codifier le fonctionnement de la langue. La règle n’est donc pas forcément liée, comme on l’a cru et répété souvent, à une activité de type normatif.

 

  • 19 mars 2021 : Emilie Aussant : « Ce n’est pas la perle qui fait le collier, c’est le fil » – Remarques sur les sūtra de Pāṇini

Cet exposé présentera les neuf types de sūtra (« aphorisme ») qui composent le traité pāṇinéen (5e s. avant J.-C.), leurs caractéristiques formelles et leurs fonctions. Diverses questions seront discutées à cette occasion, notamment : le statut de la « langue objet », le caractère prescriptif ou descriptif des sūtra, les « métarègles » et ce qu’elles nous disent de l’activité réflexive des grammairiens du sanskrit.

Exemplier

  •  2 avril 2021 : Otto Zwartjes : “La notion de règle dans les grammaires missionnaires de la tradition espagnole : Mexique et les Philippines”

The Greek work entitled Tέχνη Γραμματική attributed to Dionysius Thrax (c. 170– c.90 b.C.) is considered the foundation of Western grammaticography. Neither Priscian (early 6th c. A.D.), nor Donatus, one of the most important sources for Humanistic Europe, uses the exact translation of the terms Tέχνη Γραμματική, which would be in Latin Ars grammatica (Priscian’ monumental work bears the title Institutiones grammaticae). On the other hand the term Institutiones is seldom used in the New World as title of a grammar, but we find it elsewhere, as in the subtitle of Francisco Maria Maggio’s grammar of Georgian, for instance:  SYNTAGMATΩN linguarum orientalium quae in Georgiae regionibus audiuntur, Liber Primus complectens Georgianae, seu Ibericae vulgaris linguae Institutiones Grammaticas (Rome, Propaganda Fide 1670). In Humanistic Europe, more terms were used as the title of Neo-Latin Grammars, such as Rudimenta grammatices (Niccolò Perotti; 1430-1480), Elegentiae linguae latinae (Lorenzo Valla; c. 1406-1457), Regulae grammaticales (Guarino da Verona; 1374-1460); Regole della Volgar lingua Fiorentina (Leon Battista Alberti, 1404-1472).

In the New world, the most commonly used title has the structure Arte de la lengua X. Grammars ar not always published separately, and sometimes include glossaries, dictionaries, “treasures”, vocabulaires (the type Arte y vocabulario, Arte y tesoro) whereas others combine the terms “Arte” and “gramática” (i.e. the type Arte de la gramática de la lengua X, Arte y gramática, Gramática o arte).

The term “Reglas” is also used as title by Antonio de Nebrija, but it does not appear as title for one of his grammars but for his work “Reglas de Ortografía”. The main reason is that Nebrija, different from his grammars, decided to give “rules” or “laws” (“Leyes”), which are labelled as paragraph sections as either “Difiniciones” or “Principios”. One of such “definitions” is for instance “Que la letra es la menor parte de la boz que se puede escrivir” and one of such “principles” is his well-known adagio “Que assi tenemos de escrevir como hablamos, u hablar como escribimos”.

In New Spain, we find also the concept of “Reglas” in the title of some grammarsm such as Neve y Molina’s grammnar of Otomi: Reglas de Orthographia, Diccionario, y Arte del Idioma Othomi, breve instruccion para los principiantes (1767) and also elsewhere, as in Brusciotto’s grammar of the Bantu language Kikongo: Regulae quaedam pro dificillimi Congensium idiomatis faciliori captu ad grammaticae normam redactae (Rome, Propaganda Fide, 1659). Grammars in the New world are usually divided in Books (“Libros”), chapters (“capítulos”) and the authors’ comments are gathered in sections entitled “avisos”, “advertencias”, “secciones”, “glosas”, “notas”, and finally, “reglas” (sometimes accompanied by “excepciones”).

In the Philppines we see that the term “Reglas” is used in a different way. As the title of Francisco Blancas de San José’s grammar of Tagalog indicates (Arte y reglas de la lengua tagala, 1610), the grammar is divided in two sections, the first is a brief section entitled “Arte”, containing 24 pages and divided in sections entitled “Lecciones” (Lessons, wwhich is also a rarity in Missionary grammars of this period), whereas the second part of grammar is exclusively devoted to “Reglas”, containing the major part of the book with 287 pages.

In this paper we will provide an analysis of the use and meaning of the concept of “regla” in these grammars throughout history. As I will demonstrate, the two sections “Arte” and “Reglas” reflect each a different descriptive and pedagogical approach; the first part “Arte” is associated with the concepts of normative “lessons”, associated with the features that were recognisable as “Latinate” elements, easily to “reduce” in a Latin framework, opposed to the second part (“Reglas”), mainly designed for the description, teaching and acquisition of the usage of a language.

  • 16 avril 2021 : Anne Grondeux : “Huiusmodi generales regulas non est facile determinare. Sur quelques commentateurs de Priscien au XIIe siècle”

Centré sur l’analyse du terme regula dans les principaux commentaires sur l’Ars Prisciani du XIIe siècle depuis les Glosulae in Priscianum (ca 1100) à la Summa super Priscianum de Pierre Hélie (ca 1140), en passant par les Notae Dunelmenses de l’école de Guillaume de Champeaux (1110-1140), l’exposé mettra en lumière les procédés mis en œuvre par certains grammairiens pour dégager les règles et le champ d’application de chacune d’entre elles, pour tenter de clarifier voire de dépasser Priscien, pour démêler ce qui relève de l’imposition et de l’usage, pour trouver une place aux exceptions. .

  • 28 mai 2021 : Lionel Dumarty : “La règle (et ses exceptions) dans la grammaire alexandrine”

L’objectif avoué du grammairien alexandrin, qui dès le 2e s. de notre ère établit l’orthodoxie grammaticale, est de définir l’ensemble des règles permettant de ramener la grande diversité des variantes dialectales à l’unité (la koinè ou grec commun). Cet exposé consistera à montrer, à partir d’exemples tirés des traités d’Apollonius Dyscole, quelles stratégies le grammairien alexandrin, qui applique systématiquement le principe de l’analogie (principe normatif hérité des premiers grammairiens-philologues), met en œuvre pour chasser l’anomalie. En particulier, nous verrons que, parmi ces stratégies, le grammairien introduit le critère de l’emploi extensif ou abusif (pathologie, coïncidence, figure…) comme une variable d’ajustement de la norme.

 

  • 4 juin 2021 : Jean-Patrick Guillaume : “Le centre et la périphérie : qu’en est-il de la règle dans la tradition grammaticale arabe ?”

La notion de règle, au sens strict du terme (« formule indiquant ce qui doit être fait dans un cas déterminé » : Lalande) n’a pas d’équivalent dans la tradition arabe : le discours des grammairiens n’est à proprement parler ni prescriptif ni procédural, mais essentiellement descriptif. Au demeurant, les enjeux didactiques de la discipline ont toujours été subordonnés à une visée théorique et spéculative : il s’agit avant tout de construire une théorie aussi cohérente que possible, afin de rendre manifeste l’ordre « caché et merveilleux » (pour paraphraser G. Guillaume) sous-jacent à la diversité foisonnante des faits.

Partant de ce consensus, on tentera de dégager les moyens dont la tradition a disposé pour exprimer cet ordre, et lui donner un contenu empirique. On s’attachera en particulier à un schéma explicatif très général, et susceptible d’emplois très divers ; il consiste, dans un domaine donné, à distinguer un « centre » (assimilable, selon les cas, au prototype d’une catégorie, au cas non marqué d’un paradigme, voir à la norme linguistique), et une ou plusieurs « périphéries », qui s’en écartent à un titre ou à un autre.

Ce dispositif, qu’on illustrera par plusieurs exemples, permet notamment aux grammairiens de traiter un corpus fortement hétérogène, en attribuant à chaque donnée, si marginale – voire aberrante – soit-elle la place qui lui revient dans l’organisation générale de la langue.

Consulter le handout de la séance de J-P Guillaume

 

  • 25 juin 2021 : Anne Abeillé, Antoine Gautier et Danièle Godard  : “La notion de règle dans la Grande Grammaire du français” 

Nous présentons le projet de Grande Grammaire du français (Actes Sud / imprimerie nationale, 2021), qui propose une approche cohérente et unifiée de la grammaire du français contemporain (après 1950), en s’appuyant sur les acquis des recherches des 50 dernières années, et en proposant une terminologie renouvelée.

Résolument descriptive, la GGF distingue les régularités sous-jacentes au système de la langue, en mentionnant des usages régionaux, sociaux ou archaïsants qui s’en écartent.
Dans la tradition grammaticale française, on lit souvent que ‘l’exception confirme la règle’. Bien qu’elle contredise toute logique scientifique, cette proposition semble tirer argument du caractère rare de certains cas pour réaffirmer une tendance plus générale. Dans la GGF, nous distinguons les règles générales (par exemple le subordonnant apparait en début de subordonnée, le déterminant avant le nom) et celles qui admettent des variations (par exemple les relatives en que ou en dont), dont certaines s’écartent de la norme.
Nous essayons aussi de quantifier certaines tendances : par exemple combien d’adjectifs ou de participes peuvent s’accorder à l’oral ? dans quelle mesure l’attribut suit-il le complément direct ?
De façon plus générale, nous ne parlons pas d’exceptions, mais de cas particuliers, qui ont leur explication. Par exemple, les prépositions, comme leur nom l’indique, précèdent leur complément ; s’il existe des postpositions (deux heures durant, Paul y compris), c’est parce que ces formes sont dérivées de participes, et que l’élément nominal pouvait être un sujet.

Lien de connexion : Participer à la réunion Zoom
https://u-paris.zoom.us/j/83537277519?pwd=RWRMYmpCUFNkR1ZOWDJBelhlSEVFdz09


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search