Séminaire commun HTL-CLILLAC-ARP 2019/2020

L’émergence des langues de spécialité

Les centres de recherche CLILLAC-ARP (EA 3967 Centre de Linguistique Inter-langues, de Lexicologie, de Linguistique Anglaise et de Corpus-Atelier de Recherche sur la Parole) et HTL (UMR 7597 Histoire des Théories Linguistiques) vous proposent un séminaire commun sur le thème L’émergence des langues de spécialité. Notions et termes. Le séminaire aura lieu au second semestre, en alternance avec le séminaire du laboratoire, les lundis et/ou vendredis de 14h30 à 16h30 à raison de cinq séances par semestre, au bâtiment Olympe de Gouges, 2e étage, salle 720.

2019 — 2020

Thématique : Phraséologie et langues de spécialité

Séminaire CLILLAC-ARP/HTL L’émergence des langues de spécialité

Voir le programme en bas de la page sur le site du CLILLAC-ARP

Présentation

Sous le titre l’émergence des langues de spécialité, les équipes CLILLAC-ARP et HTL, dont certains champs de recherche sont voisins, proposent depuis deux ans un séminaire doctoral semestriel animé alternativement ou conjointement par des membres des deux équipes. Sur le principe que les langues de spécialité constituent des cristallisations linguistiques et sociologiques spécifiques, englobant le cas échéant les vocabulaires techniques mais sans s’y réduire, l’objectif du séminaire est d’analyser les conditions matérielles et épistémologiques de leur émergence. En 2016-2017 la thématique retenue a porté sur les modalités d’émergence des langues de spécialité, et en 2017-2018 sur les dictionnaires de spécialité/spécialisés. La prochaine thématique du séminaire portera sur « phraséologie et langues de spécialité », avec une première séance le 14 octobre 2019 (intervention de John Humbley et Danielle Candel). La nouvelle thématique se propose d’aborder, sans exclusive, les points suivants.

L’étude des formations phraséologiques elles-mêmes

La phraséologie a fait l’objet de nombreux travaux portant sur des langues variées. L’intérêt d’axer la réflexion sur cette notion tient d’abord à son caractère flou, qui englobe aussi bien des groupes lexicaux figés, orientant les recherches sur la formation des termes, la néologie, et les questions de stabilité et de pérennité des termes, que des unités de type syntagme et phrase, orientant alors les recherches sur l’environnement contextuel des termes et leur articulation dans le discours. Dans ces conditions, il semble même souhaitable d’attribuer à phraséologie un sens plus englobant encore, en désignant par là toute stabilisation, au moins tendancielle, de formes langagières, depuis des stéréotypes lexicaux jusqu’à des habitus discursifs. Si l’on admet en effet l’existence d’un continuum entre langage ordinaire et langage savant, une étude synchronique et diachronique de ces stabilisations permet d’éclairer les mécanismes d’émergence des langues de spécialité, puisque ces dernières peuvent alors être considérées comme le résultat de concrétions phraséologiques spécifiques. On se souvient du reste que certains linguistes (Gläser 1988, Greciano 2008, Pavel 1993) voient dans la phraséologie une origine, voire l’origine de la terminologie.

La phraséologie dans son contexte social

L’étude de la formation phraséologique ne peut donc s’aborder hors de son contexte d’émergence. – On pense d’abord à son contexte linguistique : en particulier certaines langues tendent-elles à imposer leurs formes phraséologiques aux autres langues ? L’actuelle domination de l’anglais semble en effet avoir des conséquences sur la phraséologie, voire sur la formulation des idées elles-mêmes (Millot, 2018). Mais il faut aussi tenir compte, de manière plus générale, des phénomènes de transfert entre langues, entre disciplines, voire simplement des effets entropiques induits par la généralisation d’un terme. Ainsi le mot champ en sociologie, emprunté par Bourdieu à la physique pour en connoter le caractère polarisé, a perdu cet arrière-plan en se popularisant. Ces observations invitent à reprendre ce qu’avaient entamé en leur temps W. Schmidt-Hidding ou R. Williams en faisant l’hypothèse que l’analyse de certains mots ou expressions emblématiques fournit une voie d’accès privilégiée aux contenus sociaux : issue du mouvement des Wörter und Sachen, l’idée sous-jacente aux Schlüsselwörter (sous-titre : wortvergleichende und wortgeschichtliche Studien) est en effet que certaines configurations sociales ou épistémologiques cristallisent sur le plan langagier sous forme de mots, expressions, formules, etc. privilégiés. Dans son étude des key-words, R. Williams montre en outre que ces spécificités lexicales peuvent être négatives, mentionnant par exemple l’évitement de culture dans le monde anglo-saxon au moment de la première guerre mondiale, en réaction à l’acception allemande de Kultur. L’analyse historique des Key-Words, Schlüsselwörter, a dans ces conditions une fonction heuristique. Ces approches rejoignent des approches plus récentes, telles la conception de la « formule » par A. Krieg-Planque (2009). On songera aussi à certains travaux de B. Cassin.

La phraséologie et le moment « méta »

Le retour réflexif et heuristique sur les usages langagiers n’était pas une nouveauté à l’époque des auteurs précités. Toutefois, la dimension proprement linguistique, y compris lexicographique, des travaux de Schmidt-Hidding et de Williams est bien plus centrale que chez Klemperer par exemple. Pour l’histoire des sciences du langage, ceci n’est pas anecdotique. La question se pose alors de savoir dans quelles circonstances (comment ? pourquoi ?) la notion de phraséologie est devenue importante pour les linguistes et les grammairiens, que ce soit à l’époque contemporaine ou dans d’autres contextes historiques et/ou géographiques. À l’époque contemporaine, l’intérêt pour la phraséologie est-il par exemple lié à l’émergence de la notion de Fachsprache, langue de spécialité, languages for specific purposes ? (Ceci en admettant que ces expressions soient équivalentes, ce qui n’est pas assuré.) Le travail d’Heribert Picht consacré à l’émergence de la Wirtschaftslinguistik à la fin des années 1920 (Picht, 1998) sera ici utile. Dans son « Traité de stylistique française » (Bally, 1909) employait déjà le terme « unité phraséologique » dans une acception voisine de celle qu’on trouve dans les travaux plus récents, mais il a fallu attendre l’avènement de la linguistique de corpus pour obtenir l’accès aux ressources linguistiques textuelles nécessaires à une étude plus systématique de ces unités, pour que ce champ de recherche (les Collocation Studies) puisse éclore et donner lieu à des approches, certes très diversifiées, mais qui cherchent toutes à décrire les caractéristiques de ce concept prolifique (par ex. Mel’čuk 1993, Sinclair 1999, Hoey 2005, Granger & al. 2008, Groom 2009, Del Maso & Navarro 2016, etc.). Le concept de phraséologie est en outre associé à des projets dictionnairiques d’envergure, comme le Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain (Mel’čuk 1984) ou le Louvain English for Academic Purposes Dictionary (LEAD) (Granger & Paquot 2015), ou encore l’Aide à la Rédaction de Textes Scientifiques (ARTES) (Kübler & Pecman 2012, Pecman & Gledhill 2018).

Références:

  • BALLY, Charles (1951[1909]). Traité de stylistique française. 3e éd., vol. I & II. Paris, Klincksieck
  • CASSIN, Barbara (2016). Éloge de la traduction – Compliquer l’universel. Paris, Fayard.
  • DEL MASO, Elena & NAVARRO, Carmen (ed.) (2016). Gutta cavat lapidem: Indagini fraseologiche e paremiologiche. Mantova, Universitas Studiorum S.r.l.
  • DESMET, Isabel (2004). “Terminographie d’apprentissage et apprentissage de la terminographie: le dictionnaire électronique bilingue des contrats du commerce international (portugais-français et français-portugais)”. Études de linguistique appliquée 2004/3 135), p. 285-298.
  • GLÄSER, Rosemarie (1988). “The grading of idiomaticity as a presupposition for a taxonomy of idioms”. In Werner Hüllen & Rainer Schulze (eds.), Understanding the Lexicon. Tübingen, Max Niemeyer, p. 264-279.
  • GRANGER, Sylviane, PAQUOT, Magali (2015). “Electronic lexicography goes local: Design and structures of a needs-driven online academic writing aid”. Lexicographica – International Annual for Lexicography /Internationales Jahrbuch für Lexikographie 31(1), p. 118-141.
  • GRECIANO, Gertrud, CANDEL, Danielle, HUMBLEY, John (2008). Glossaire multilingue du risque, HAL https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00330540.
  • GROOM, Nicholas (2009). “Phraseology and epistemology in academic book reviews: a corpus-driven analysis”. In Ken Hyland & Giuliana Diani (eds.), Academic Evaluation: Review Genres in University Settings. Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 122-139.
  • HOEY, Michael (2005). Lexical Priming: A New Theory of words and language. London, Routledge.
  • KLEMPERER, Victor (1947). LTI. Notizbuch eines Philologen. Berlin, Aufbau-Verlag,
  • KRIEG-PLANQUE, Alice (2009). La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique. Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • KÜBLER, Natalie, PECMAN, Mojca (2012). “The ARTES bilingual LSP dictionary: from collocation to higher order phraseology”. In Sylviane Granger & Magalie Paquot (eds.), Electronic Lexicography. Oxford, Oxford University Press, p. 186-209.
  • MEL’CUK, Igor, ARBATCHEWSKY-JUMARIE, Nadia, IORDANSKAJA, Lidija, MANTHA, Suzanne & POLGUERE, Alain (1984). Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain: recherches lexico-sémantiques I. Montréal. Les Presses de l’Université de Montréal.
  • MILLOT, Philippe (2018). CR de Frath, Pierre & José Carlos Herreras (dir.) 2017. Plurilinguisme et créativité scientifique. Hallennes-lez-Haubourdin, Thebookedition.com. In GERAS ASP 74, p. 198-204.
  • PAVEL, Silvia 1993. “Neology and phraseology as terminology-in-the-making”. In Helmy Sonneveld & Kurt Loe¬ning (eds.), Terminology: Applications in Interdisciplinary Communication. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, p. 21-34.
  • PECMAN, Mojca, GLEDHILL, Christopher (2018). “How trainee translators and their teachers deal with phraseological units in the ARTES database”. Des unités de traduction à l’unité de la traduction. 7ème édition de la Traductologie de plein champ. Université Paris Diderot, 7 juillet 2017, Paris, France. In Christian Balliu (éd.), Université libre de Bruxelles, Équivalences 45/1-2, p. 235-257.
  • PELLEN, René (2001). “Phraséologie et phraséographie en espagnol. De la typologie à l’inventaire des ressources”. Bulletin hispanique 103-2 p. 607-674.
  • PICHT, Heribert (1998). “Wirtschaftslinguistik: ein historischer Überblick”. In Lothar Hoffmann, Hartwig Kalverkämper, Herbert Ernst Wiegand (Hrsg.). Fachsprachen Bd. I. Berlin/New York, Gruyter, p. 336-341.
  • RAUS, Rachele (2008). “Lexique, phraséologie et structures en migration dans les offres d’emploi françaises, anglaises et italiennes”. Synergies Italie 4, p. 99-107.
  • QUEMADA, Bernard (1978). “Technique et langage”. In Bertrand Gille (éd.), Histoire des techniques. Encyclopédie de la Pléiade, p. 1146-1240.
  • SCHMIDT-HIDDING, Wolfgang (Hsg.) (1963). Europäische Schlüsselwörter. Band 1: Humor und Witz. München, Hüber.
  • SINCLAIR, John (1991). Corpus, Concordance, Collocation. Oxford, Oxford University Press.
  • WILLIAMS, Raymond (1976). Keywords: A Vocabulary of Culture and Society. London, Fontana/Croom Helm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.