Forme(s) / Formalisme

Colloque international

Dates : 20-21 mars 2019

Lieu : Lausanne – UNIL

Les notions de « forme » et de « formalismes », connaissent dans l’entre-deux guerres, une actualisation notable dans toute une série de disciplines (linguistique, psychologie, anthropologie, histoire et science de l’art, poétique, philosophie, Kulturwissenschaften, économie, sociologie, biologie). Les discussions sur la forme (Form, Urform, innereForm, forme symbolique…) ou sur des notions connexes (Gestalt, Figura, Formel) permettaient précisément de mener des recherches par delà les frontières entre disciplines et donc d’esquisser sous différents aspects des programmes scientifiques visant même souvent à dépasser la séparation entre sciences exactes et sciences humaines et/ou à esquisser une science unifiée (formalisme, morphologie, Gestaltpsychologie, structuralisme).

Il ne s’agit donc pas de considérer le « formalisme » comme une entité stable et univoque, mais bien plutôt d’étudier une aspiration à l’analyse formelle en constante reconfiguration, discutant réflexivement ses propres outils théoriques. Les discussions sur la forme peuvent ainsi être restituées dans leur complexité et leur hétérogénéité, comme un projet expérimental situé au croisement de nombreuses disciplines et nourri de leurs apports. Dans ce panorama, il est clair que les formalismes recouvrent des enjeux politiques qu’il ne faudra pas écarter.

Nous voudrions donc interroger, tant du point de vue théorique qu’historique, ce que des programmes scientifiques centrés sur la forme ont apporté, mais aussi les difficultés qu’ils soulèvent. Comment rendre compte de la grande variété des interprétations de cette notion de « forme » par différents auteurs et groupes. A quelle systématicité aspiraient-ils et en quoi cela les distingue-t-il d’une simple analyse formelle ? Sont-ils vraiment des défenseurs exclusifs de la forme contre le fond, de la surface contre la profondeur ?

Ce colloque s’inscrit dans un renouveau des recherches sur la « forme », le « formalisme ». Trop souvent jusqu’à présent l’étude des « formalismes » s’est faite dans une perspective par trop « monographique » aux dépens de toute vision typologique ou comparatiste. C’est notamment le cas pour l’Allemagne et la Russie, où pour diverses raisons c’est surtout le caractère « intrinsèque » et national de ce phénomène qui a été mis en évidence. Une perspective élargie devrait permettre de mettre en relation à un niveau européen les programmes scientifiques et les groupes qui les ont formés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.