Journée d’étude la motivation corporelle du langage

La motivation corporelle du langage

Université Toulouse Jean Jaurès, Maison de la Recherche, Salle D31, Lundi 16 juin 2014, 9h30-16h30

 

Programme et résumés

Président de séance : Dennis PHILPS

9h30 Accueil des participants

9h45-11h00        

« La motivation corporelle en arabe »

Georges BOHAS (ENS de Lyon)

 Nous avons déjà abordé la question de la motivation corporelle du langage en ce qui concerne le nez, la langue et les lèvres (voir Bohas 2006, Bohas 2012, et Bohas et Saguer 2012). La relation entre l’invariant notionnel et le référent se trouve ainsi motivée pour une masse de termes (au moins quatre cents racines au sens traditionnel du terme). La présente communication sera consacrée à la zone gutturale, incluant le trait [dorsal] combiné à [pharyngal] et [laryngal], développant un aspect de l’exposé effectué lors de la Journée d’étude IRPALL du 24 janvier 2014.

11h00-11h15 Pause-café

 

11h15-12h30

« De la coordination corporelle vocalement assistée au langage humain : histoire spéculative d’un emballement autopoïétique programmé »

Didier BOTTINEAU (MoDyCo, Université Paris Ouest)

De multiples théories ont été proposées pour l’origine du langage humain. Dans la présente communication, nous montrerons qu’il existe des raisons de penser qu’il est nécessaire de partir d’une pratique éthologique très simple, la coordination des gestes corporels mutuels vocalement assistée, telle que le toilettage et l’accouplement, où chacun intervient « cosmétiquement » sur le corps de l’autre selon des routines diplomatiques orientables par la coordination du geste et de la voix. Ce prélangage, constitué d’activités vocales symboliques et rituelles fondues dans la pragmatique de l’action sans référence extérieure à l’engagement des corps, deviendrait ensuite langage à partir du moment où des objets extérieurs à portée de main (pierres, bâtons, aliments…), recrutés fortuitement dans la coaction en tant qu’instruments, se prêtent à la désignation, la négociation de la préhension et de l’emploi, le repérage dans le monde et l’accès dans l’espace, et plus généralement à la concertation de projets. Le prélangage devient langage lorsque l’ouverture de la coordination des gestes mutuels sur les corps vers le monde extérieur transforme celui-ci en un domaine potentiel de ressources dont la mise en exploitation effective par des groupes coordonnés est programmable vocalement.

12h30-14h00  Pause-déjeuner

APRÈS-MIDI :

Président de séance : Georges BOHAS

 

14h00-15h15

« Corporéité cognitive et motivation du signe lexical : approche par la Théorie de la Saillance Submorphologique (TSS) »

Michaël GRÉGOIRE (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

La « Théorie de la Saillance Submorphologique » (Grégoire 2010, 2012) repose sur le fait que chaque mot est créé métonymiquement par sollicitation simplexe (Berthoz 2009) d’un seul trait submorphologique de son signifiant (dit saillant), d’une part, et que plusieurs autres traits sont susceptibles d’être exploités dans le cadre de remotivations ultérieures, d’autre part. Le taux de saillance de telle ou telle caractéristique pré-signifiante peut donc varier selon les contextes. L’objectif sera ici d’articuler cette théorie avec les dimensions cognitive [perçaction, simplexité, vicariance selon Berthoz (1997, 2009, 2013) ; neurones miroirs (Rizzolati et al. 2007) et, surtout, corporelle du langage (opérations de saillance menées sur le corps lui-même, sur la région buccale interne ou externe, mise en cohérence avec le principe de l’infiniment petit : multiplication exponentielle des zones du corps susceptibles d’être saillantes pour la dénomination), non nécessairement conçues séparément l’une de l’autre.

La réconciliation des deux dimensions corporelle et cognitive peut notamment se trouver dans le paradigme de l’enaction (Varela et al. 1993) et dans le principe de l’autopoïèse (Varela et al 1974, Varela 1989) pour leur prise en compte de l’ancrage du corps dans son environnement (soubassement biocomportemental). Nous proposerons enfin une relecture de certains aspects de méthodes d’analyse lexicale préexistantes telles que la « Théorie des Matrices et des Etymons » (TME) de Bohas (2006, 2007, 2010) ou la « Théorie sémiogénétique » (TSG) et le concept de marqueur sub-lexical de Philps (2002, 2006, 2009, 2010), afin de rendre plus concrètes et intégrables les possibilités d’application de la Théorie de la Saillance Submorphologique.

 

15h15-16h30

« La descendance sémiogénétique de l’action de ‘souffler’ en proto-indo-européen »

 Jean-Christophe REINMUTH (CAS, Airbus) 

Deux notions semblent avoir pu passer de manière continue du mimétisme à la parole parce qu’elles mettent en action l’appareil phonatoire. C’est d’abord l’idée d’émettre un son qui est autoréférentiel et a pu conduire à des morphèmes désignant l’idée de crier et celle de parler sous une forme quelconque. La seconde est celle de souffler, qui sera étudiée ici. Deux formes pourraient conduire du mime au phonème. Une forme à trait continu issue d’un souffle constant et prolongé et une forme à occlusive suivie d’un phonème continu pour indiquer un souffle explosif, puissant et court. Nous avons déjà  montré (Reinmuth 2012) comment une analyse statistique des racines du proto-indo-européen (PIE) permet de justifier la chaîne d’évolution sémantique ‘souffler’ > ‘brûler’ > ‘briller’.

Cette analyse a été poursuivie de manière non chiffrée, basée sur l’accumulation de formes similaires portant des sémantismes distincts. Elle permet de prolonger la première chaîne en ‘voir’, ‘couleur brillante’ et ‘glace, neige’. Elle permet aussi de faire émerger plusieurs nouveaux axes sémiogénétiques issus de la notion de ‘souffler’. Le premier est celui de l’idée de fatigue (essoufflement) donc de faiblesse, et secondairement, de petitesse et de vieillesse, de celle de se reposer, se coucher. Un autre axe conduit à la notion de ‘gonfler’, ‘bouillir’ et ‘vanner’. Un autre ramène au corps à travers l’usage des os longs comme chalumeau ou flûte. Enfin, nous montrerons la possible relation de l’idée de ‘souffler’ avec celle de ‘courir’ puis de ‘couler’. Au passage, on pourra montrer comment une telle arborescence permet d’expliquer qu’une même forme a pu nommer deux notions antinomiques telles que jeune / vieux ou chaud / froid (caldo / cold).

16h30 Clôture de la Journée d’Étude


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.