Séminaire de recherche HTL Labex EFL 2017-2019

« Typologie et comparabilité des catégories morphosyntaxiques : La question du relativisme et ses fondements empiriques »

Le séminaire de recherche 2017-2018 du laboratoire d’histoire des théories linguistiques, organisé en collaboration avec le LabEx EFL, débutera le Lundi 6 novembre 2017.

Les séances auront lieu le Lundi après-midi, de 14h30 à 16h30. Il est conseillé de vérifier la salle pour chaque séance.

  1. Présentation du séminaire
  2. Dates et programmes des intervenants

Présentation

1.Au moins depuis le 19ème siècle, voire auparavant, la réflexion typologique sur les langues semble avoir pour horizon deux positions extrêmes et inconciliables, incarnées à l’époque moderne par l’universalisme chomskyen et le différencialisme de Sapir ou Boas. Les obstacles auxquels se heurtent les tentatives d’édifier un métalangage commun, susceptible de rendre compte de la diversité des langues sont bien connus. – Non seulement les « catégories descriptives » (au sens d’Haspelmath) se sont révélées largement spécifiques à chaque langue, mais, y compris au sein d’une seule langue, elles sont elles-mêmes sont sous-déterminées par les données empiriques. Les morphologies observables ne sont en effet que tendanciellement isologues aux fonctions systémiques : indépendamment de toute distinction entre le plan noétique ou conceptuel et le plan langagier, cette hétéromorphie est inhérente aux systèmes linguistiques eux-mêmes. Elle apparaît naturellement entre certaines propriétés sémantiques très générales et leurs marques morphosyntaxiques. (On songera par exemple à la distinction entre interprétations générique et spécifique du SN, parfaitement identifiée par les locuteurs, quoiqu’elle soit dépourvue de marquage stabilisé dans la plupart des langues.) Elle apparaît aussi entre le système morphosyntaxique tel que le linguiste peut le reconstruire et l’observable empirique, puisqu’aucune catégorie grammaticale n’est réellement corrélable de manière biunivoque à des propriétés formelles. Ajoutons enfin à cela l’argument empiriste classique que, du point de vue cognitif, l’identité des outputs chez les locuteurs ne garantit en rien que leurs grammaires internes soient identiques. Autant de faits qui invitent au conventionnalisme.

2. La grammaire générale avait contourné cet obstacle en postulant l’universalité de l’esprit humain, ce qui impliquait que la diversité objective des langues pouvait être en définitive réduite à des structures cognitives ou logiques communes. (C’est le cas, exemplairement, chez Beauzée.) Cette position n’a pas disparu aujourd’hui. Récuser l’universalité des catégories de noms, adjectifs ou verbe n’interdit pas en effet d’attribuer une valeur universelle aux notions, et par conséquent aux lexis de « chose », « propriété » ou « action ». Toutefois, de tels universaux de substance ne peuvent résoudre par eux-mêmes le problème traditionnel, inhérent à toute sémantique notionnelle : s’il y a universalité des contenus et non des formes, l’interface ainsi obtenue fait disparaître la spécificité des idiomes au profit de simples paraphrases notionnelles. Cette difficulté a conduit des chercheurs à tenter de dégager des universaux plus formels ou d’ordre fonctionnel. On songera, parmi bien d’autres, aux notions de nexus, jonction et shifting chez Jespersen, ou encore à la thèse phénoménologique de l’énumérabilité stricte des formes syntaxiques possibles, défendue par Thom et Petitot. Dans un autre genre, plus inductif, émettre l’hypothèse de l’universalité du mécanisme de détermination permet d’étendre le modèle de la proposition relative (relative clause) à des langues qui en sont morphosyntaxiquement dépourvues. Enfin, certains joignent le point de vue notionnel à la prise en compte de fonctions universelles comme celles de référence, modification et prédication (cf. par exemple Croft).

3. Ce dernier exemple fournit au passage une bonne illustration du travail empirique des typologues et des linguistes de terrain, pour qui il est généralement commode, y compris du point terminologique, d’adapter intuitivement l’existant, c’est-à-dire, le plus souvent, les catégories de la grammaire européenne. En l’occurrence une équivalence constructionnelle est posée sur la base d’une équivalence sémantique, nonobstant la différence morphosyntaxique. Cette tension est ici inhérente puisque le recours à l’observable morphosyntaxique reste simultanément indispensable, tant pour catégoriser les phénomènes (niveau descriptif), que pour tracer des frontières aréales (niveau typologique).

Ce genre de situation suggère par ailleurs que ces pratiques ne portent que rarement sur une comparaison généralisée des systèmes linguistiques, mais reposent plutôt sur la mise en correspondance de faits spécifiques, si possible étayée de similitudes morphosyntaxiques. Dans le cas précédent, il s’agit de la détermination du SN, mais on songera par exemple au fait historique qu’a été le transfert des catégories aspectuelles du slave à la description du système verbal des langues sémitiques. Il s’agit donc de points, ou de zones, de traductibilité plutôt que d’universaux stricto sensu. La recherche d’universaux de substance dérivés de schèmes ritualisés d’action invite du reste aux mêmes observations. Ce sont en effet des situations prototypiques (voire des topoi, tel celui lié à « tuer », qui est récurrent au moins depuis Wundt), supposés réalisées dans toutes langues, qui servent alors d’interfaces autour desquelles sont ensuite agrégées d’autres structures syntaxiques.

4. Enfin l’observation historique des pratiques met simultanément en évidence l’ambiguïté de ces métalangages-interfaces. Alors qu’ils sont le cas échéant présentés comme une sorte de socle primitif, sauf à les limiter à une sémantique notionnelle pauvre, leur genèse a souvent été différente. C’est en effet par décantations successives des observables morphologiques immédiats que sont dégagées des notions aujourd’hui aussi usuelles que celles d’indice personnel ou de détermination, ou encore la distinction entre détermination et prédication. Ces faits historiques laissent donc ouverte la question du statut, réaliste ou méthodologique, des métalangages ainsi obtenus.

Le séminaire Labex EFL-HTL se propose d’aborder comment se sont historiquement constitués les concepts métalinguistiques qui ont permis la typologie et la comparaison des langues, et le débat sur la nature des universaux. Sauf à souscrire aux positions (ou, plus vraisemblablement, aux postures) extrêmes rappelées en préambule, la nécessité pour le linguiste de disposer d’un métalangage suffisamment puissant pour rendre intertraductibles des systèmes hétérogènes est une évidence. Et ceci vaut tout autant pour le traducteur, le terminologue, ou l’historien des sciences.

S’agissant des langues, la question récurrente depuis la grammaire générale a plutôt porté sur la nature de ces métalangages. S’il ne s’agit pas simples modèles conventionnels, faut-il, et dans quelle mesure, admettre l’existence d’universaux de substance, c’est-à-dire de propriétés formelles réellement partagées par toutes les langues ? Pour y répondre, la dichotomie classique entre l’universalité des idées et les réalisations plus ou moins aléatoires qu’en produiraient les « grammaires particulières » apparaît désormais clairement insuffisante. Il s’agit moins aujourd’hui de débattre sur la grammaire universelle que de délimiter la stratification des diverses catégories descriptives utilisées dans la pratique, et, comme on l’a rappelé plus haut (§ 1 et 2), cette stratification n’est de toute façon pas réductible à une binarité. Ces questions techniques étaient et restent en revanche présentes à l’arrière-plan de tout transfert de modèles grammaticaux. À ce titre, le séminaire Typologie et comparabilité des catégories morphosyntaxiques intéresse l’ensemble de la communauté des linguistes.

Dates et programmes des intervenants

  • Lundi 6 novembre 2017 (salle 477F, Halle aux farines) : Sylvain Auroux (HTL)

« Connaître et maitriser la diversité des langues »

 Les grandes découvertes du 15ème siècle et la politique des nations européennes vis-à-vis du développement culturel hors de la langue latine mettent les européens devant une diversité de langues qu’ils tentent de décrire au moyen de l’extension de plusieurs grammaires latines canoniques. Cela donne des outils linguistiques différents pour chaque langue qui utilisent, de plus, des métalangages différents. Comment maîtriser cet univers qui ne cesse de croître ? Au début du 17ème siècle démarre un mouvement européen qui vise à instaurer quelque chose de commun permettant d’introduire à la diversité des langues. Il s’agit de  grammaires universelles ou générales. On s’efforcera de montrer quelques éléments de ce mouvement. Il s’agira d’inscrire sa place dans l’histoire de la linguistique.

  • Lundi 13 novembre (salle des thèses, 580F, Halle aux farines) : Diana Luz Pessoa de Barros

« L’ Arte da Língua de Angola : les relations avec la tradition grammaticale en langue portugaise et son rôle linguistique et historique au Brésil »

Dans le cadre d’une recherche sur les discours des grammaires de la langue portugaise, selon la proposition théorique et la méthodologie de la sémiotique discursive française, trois principaux groupes de procédures ont été proposés : la modalisation des sujets ; les projections discursives de personne et de temps ; et, enfin, les dialogues avec d’autres discours sociaux.

Au cours de cette recherche, nous avons pu montrer, entre autres résultats, certains rôles historiques, sociaux et politiques de nos premières grammaires, celle de Fernão de Oliveira (1536) et celle de João de Barros (1540) : l’un des effets de sens les plus significatifs de la grammaire de Fernão de Oliveira est la résistance aux modèles grammaticaux de l’époque, alors que la grammaire de João de Barros produit l’effet inverse avec l’appartenance au discours grammatical alors dominant ; le discours de la grammaire de Fernão de Oliveira se présente aussi comme un discours d’incorporation du discours nationaliste-colonialiste, qui est à la base de la constitution des nations et des empires ; le discours de la grammaire de João de Barros dialogue non seulement avec ce discours nationaliste et « ufaniste », mais aussi avec le discours politique de la monarchie et le discours éthique-religieux de l’époque. Sur la base de nos analyses, nous avons pu avancer les raisons pour lesquelles la grammaire de Barros a fait école, contrairement à celle de Fernão de Oliveira.

Lors d’une présentation des résultats de la recherche, le professeur Emilio Bonvini nous a suggéré d’examiner, dans le cadre des principes que nous avions exposés pour la grammaire de Fernão de Oliveira, l’Arte da Língua de Angola, la grammaire du kimbundu, écrite par le jésuite Pedro Dias dans l’État de Bahia et publiée au Portugal en 1697. Tel est donc l’objectif du travail que nous développons actuellement et que nous présentons ici succinctement.

Sur la base de la proposition théorique et méthodologique pour l’examen des discours des grammaires, nous comparons le discours de la grammaire de Fernão de Oliveira, qui avait notamment comme objectif pédagogique d’enseigner le portugais aux colonisés et de contribuer ainsi à la formation de l’empire, avec le discours de la grammaire de Pedro Dias, qui prétendait enseigner le kimbundu aux missionnaires afin qu’ils puissent catéchiser les Noirs au Brésil. Nous examinons comparativement les discours de la norme dans les deux grammaires, ainsi que le traitement accordé à la question de la variation linguistique ; les conceptions de « l’auteur », qui résultent des variations de personnes du discours ; et, enfin, les rôles historiques, sociaux et politiques de ces grammaires.

  • Lundi 20 novembre 2017 (salle 579F, Halle aux farines) : François Jacquesson

« Les catégories, les langues et l’expression de l’indéfinition calculée. »

Il est clair que si nous demandons au locuteur d’une langue : « Comment fonctionne l’adverbe chez vous ? », nous risquons de compromettre la suite de l’enquête, non seulement parce qu’il est pédant d’utiliser des mots savants à contre-temps, mais aussi parce que l’emploi de cette catégorie risque d’être contre-productif dans la langue en question.

Inversement, il n’est pas moins clair que l’ambition de « partir de la langue », comme si un examen candide allait livrer de lui-même les linéaments du fonctionnement de la langue, risque de prolonger l’enquête au-delà du temps d’une vie humaine, ou de produire une description si particulière qu’elle sera inutilisable ; en particulier quand il s’agit de comparer avec d’autres langues.

Cette contradiction est résolue tous les jours dans la pratique, tant dans la pratique des enseignants de langues vivantes que dans celle des linguistes qui analysent des langues. Parmi les façons de le montrer, je voudrais attirer l’attention sur l’expression de l’indéfinition dans une formule comme « je te donnerai tout ce que tu voudras » qui est facile à traduire d’une langue l’autre mais qui, selon les langues ou même selon les locuteurs, mobilise des moyens très divers : le mode ou le temps, des pronoms spécialisés ou non, des particules marquant l’éventualité etc. Ceci afin de montrer que si nous choisissons de lire les langues par le biais des catégories, nous manquerons l’occasion de repérer les expressions décisives qui ne dépendent que peu de procédés morphologiques obligatoires.

Pourquoi s’agit-il « d’expressions décisives » ? Parce que ce type d’expression de l’indéfinition est au cœur de la formulation des lois, juridiques et scientifiques, où l’on décrit un phénomène général dès qu’on en a précisé les conditions particulières. Ainsi de la loi d’Archimède, par exemple, qui nous dit que « tout corps plongé dans l’eau etc ». Il y a « loi » précisément parce que c’est vrai dans tous les cas. Quoique notre exemple précédent avec « tout ce que tu voudras » soit littéraire, le même phénomène « d’indéfinition calculée » est en jeu dans une loi scientifique : il est intéressant de sonder comment ces phrases sont construites dans la diversité des langues, et d’apprécier la pertinence des catégories dans leur analyse.

  • Lundi 4 décembre 2017 (salle 476F, Halle aux farines) : Colette Grinevald

 

  • Lundi 18 décembre 2017 (salle 476F, Halle aux farines)

 

  • Lundi 15 janvier 2018 : Otto Zwartjes (HTL)

 

  • Lundi 29 janvier 2018
  • Lundi 12 février 2018

 

  • Lundi 5 mars 2018 : Jean-Patrick Guillaume (HTL)

« La phrase nominale entre grammaires arabes et grammaires arabisantes »

  • Lundi 19 mars 2018 : Didier Samain (HTL)

« L’obstacle morpho-sémantique et l’énumérabilité des catégories. L’exemple de l’extension de la notion d’aspect aux XIXe et XXe siècle ».

  • Lundi 30 avril 2018
  • Lundi 14 mai 2018 : Nicolas Quint
  • Lundi 28 mai 2018
  • Lundi 5 novembre 2018
  • Lundi 19 novembre 2018
  • Lundi 3 décembre 2018 : Isabelle Bril
  • Lundi 17 décembre 2018

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *