Colloque Entre vie et théorie

Entre vie et théorie : la biographie des linguistes dans l’histoire des sciences du langage.

3 et 4 décembre 2015

Programme du colloque

Affiche du colloque

Université de Picardie – Jules Verne
Organisé par le CERCLL-LESCLAP, EA 4283

Le domaine de l’histoire sociale de la linguistique (Chevalier et Encrevé 1984), qui a ouvert d’importantes perspectives historiographiques, s’est constitué en se concentrant sur « les objectivations de la pensée scientifique » (ibid., p. 3), ce qui suggérerait que les démarches scientifiques sont largement autonomes par rapport à la biographie des acteurs. Pourtant, comme ont pu le montrer différents de travaux (Sebeok 1966 [2002], De Mauro 1980, Koerner 1989, et plus récemment Joseph 2012, Décimo 2014a et 2014b), loin d’être anecdotiques, les données biographiques peuvent contribuer à éclairer certains choix doctrinaux ou systèmes théoriques, et plus largement à expliquer la constitution d’un champ scientifique. Nous souhaiterions dès lors essayer de questionner les théories linguistiques à l’aune de l’élément biographique. Ce questionnement nous paraît compléter l’analyse du contexte sociologique, historique et épistémologique des théories linguistiques, qui est une préoccupation majeure, depuis les années 1970, de nombre de revues et sociétés savantes liées à l’historiographie de la linguistique.
Destinée à éclairer une oeuvre généralement reconnue comme fondatrice ou pionnière, l’analyse biographique, qui appartient à cet exercice historiographique, n’est pourtant pas systématique. Le destin du scientifique et celui de son oeuvre restent souvent bien distincts. Or l’analyse du parcours d’un auteur selon sa formation, ses lectures, ses collaborations, ses rencontres scientifiques, son contexte, les aléas des carrières académiques révèle souvent quelques partis pris méthodologiques, ou audaces scientifiques et éclaire l’archéologie d’une oeuvre théorique. Cette démarche permet notamment de mettre au jour des influences théoriques insoupçonnées, de mettre en lumière l’émergence de concepts princeps, d’éclairer la sociogenèse des discours savants et les raccords entre la pensée d’un auteur et l’air du temps, de retracer les
emprunts de notions à des sciences connexes ou affines. Nous aimerions, par cette rencontre scientifique, inviter les participants à nourrir ce colloque autour de quatre axes différents :
− d’une part, on pourra questionner l’écriture biographique d’un point de vue épistémologique : existe-t-il un style, une méthode, une démarche spécifique à la constitution de matériaux en vue d’une écriture historiographique de type biographique ? Quelle valeur accorder aux écrits privés d’un linguiste et aux sources qui le concernent (correspondance épistolaire, brouillons ou notes de cours, ébauches d’articles, journaux intimes, témoignages, interviews, notices nécrologiques, etc.) ? Quels usages faire des documents d’archive ? Quels sont les éléments de vie d’un auteur à préserver, à écarter ? La morale ou l’éthique d’un
auteur doivent/peuvent-elles trouver une place au sein de l’histoire des théories linguistiques ? Et, en considérant la tâche qui incombe à l’historien, quelle place accorder à l’interprétation dans l’analyse des données biographiques ? Quelle est la portée du geste herméneutique ?
− d’autre part, l’on pourra s’interroger sur l’utilité des données biographiques pour l’explication de la genèse et de la productivité d’une théorie. Dans quelle mesure l’analyse de la biographie d’un auteur explique-t-elle la constitution voire l’application de sa théorie ? Dans quelle mesure permet-elle également de questionner la discipline ? Existe-t-il des effets de damnatio memoriae ou des amnésies explicables à partir de l’élément biographique susceptibles d’entraver la circulation d’une oeuvre et/ou d’une théorie ?
− Par ailleurs, l’on pourra s’interroger sur le crédit à accorder aux réflexions autobiographiques. Dans quelle mesure les discours des auteurs sur leurs propres pratiques de recherche peuvent-ils servir à l’historiographie d’une oeuvre ? A contrario, dans quelle mesure faut-il s’en distancier ? Dans quelle mesure le retour d’un auteur sur ses élaborations conceptuelles contribue-t-il à affecter celles-ci d’historicité ? Quelle est la part de construction rétrospective dans cette démarche ? Dans quelle mesure peut-on parler de réflexivité ? Et cette démarche serait-elle bénéfique à la discipline ?
− Enfin, l’analyse des théories linguistiques nourrit le champ plus large de l’imaginaire linguistique. On pourra tenter de mettre au jour les liens existants entre création théorique et imaginaires linguistiques, ou idéologie(s). En quoi les discours épilinguistiques des auteurs innervent leurs travaux, influencent leurs écrits ? Les communications pourront porter sur toutes les traditions linguistiques et tous les domaines des sciences du langage.
Références bibliographiques citées
Chevalier J.-Cl., Encrevé P., éd. (1984). Vers une histoire sociale de la linguistique, Langue française, n° 63.
Chevalier J.-Cl., Encrevé P. (2006). Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva : essai de dramaturgie épistémologique, Lyon, ENS Éditions.
Décimo M. (2014a). Sciences et Pataphysique – Tome I : Savants reconnus, érudits aberrés, fous littéraires, hétéroclites et celtomanes en quête d’ancêtres hébreux, troyens, gaulois, francs, atlantes, animaux, végétaux…, Dijon, Les presses du réel.
Décimo M. (2014b). Sciences et Pataphysique – Tome II : Comment la linguistique vint à Paris – De Michel Bréal à Ferdinand de Saussure, Dijon, Les presses du réel.

De Mauro T. (1980). Idee e ricerche linguistiche nella cultura italiana, Bologne, Il Mulino.
Joseph J.E. (2012). Saussure, Oxford & New York, Oxford University Press.
Koerner K. (1989). « On the problem of ‘influence’ in Linguistic Historiography », Practicing Linguistic Historiography, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins, p. 31-46.
Sebeok Th. éd. (1966 [2002]). Portraits of Linguists. A Biographical Source Book for the History of Western Linguistics, 1746-1963, 2 vol., Bristol, Thoemmes Press.

MODALITES DE SOUMISSION
Les propositions de communication (800 mots maximum) sont à adresser avant le 31 juillet 2015 à Valentina Bisconti (valentina.bisconti@gmail.com) et à Cécile Mathieu (cecile.mathieu@u-picardie.fr). Le fichier indiquera le nom et le prénom de l’auteur, ainsi que son rattachement institutionnel. Chaque proposition sera examinée par deux membres du comité scientifique, ainsi que par les organisatrices. Les résultats seront communiqués le 1er octobre 2015.

ORGANISATRICES
Valentina BISCONTI, Université de Picardie Jules Verne, EA 4286 et UMR 7597 HTL.
Cécile MATHIEU, Université de Picardie Jules Verne, EA 4286.

CONFERENCIERS INVITES
Marc DECIMO, Université d’Orléans
John E. JOSEPH, Université d’Edinburgh

COMITE SCIENTIFIQUE
Gabriel BERGOUNIOUX, Université d’Orléans
Valentina BISCONTI, Université de Picardie Jules Verne
Claude BLANCKAERT, Centre Alexandre Koyré CNRS
Alessandro CHIDICHIMO, Genève
Bernard COLOMBAT, Université Paris Diderot – Paris 7
Marc DECIMO, Université d’Orléans
Marina DE PALO, Université La Sapienza – Rome
Irène FENOGLIO, ITEM – CNRS UMR 8132
Gerda HASSLER, Université de Potsdam
Anne-Marie HOUDEBINE, Université Paris Descartes
Cécile MATHIEU, Université de Picardie Jules Verne
Christian PUECH, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Christophe REY, Université de Picardie Jules Verne
Savina RAYNAUD, Université Catholique du « Sacro Cuore »
Didier SAMAIN, Université Paris Diderot
Patrick SERIOT, Université de Lausanne
Pierre SWIGGERS, Université de Louvain
Ekaterina VELMEZOVA, Université de Lausanne

FRAIS D’INSCRIPTION
50 euros (chercheurs titulaires)
25 euros (doctorants)

PUBLICATION
Une expertise des articles sera faite à l’issue du colloque en vue de la publication d’un ouvrage thématique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.