La fureur dans tous ses états : colloque interdisciplinaire

Dates : 26, 27 et 28 septembre

Lieu : Université Paris Diderot, Paris 13ème

Les laboratoires HTL (Histoire des Théories Linguistiques, UMR 7597) de l’Université Paris Diderot (USPC) et CRPMS (Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société, EA 3522) organisent une rencontre
pluridisciplinaire portant sur le thème de la fureur.

En effet, l’état de fureur est un affect commun sinon à tous les hommes, du moins à bien des cultures. De furor, version latine du grec mania, dont dérive le mot le mot manie utilisé dans la nosographie moderne et contemporaine, cet état est en effet l’objet d’interrogations et de représentations récurrentes, portées par la littérature, le théâtre, la psychiatrie et la psychanalyse, l’anthropologie, la sociologie etc…

Nettement distinguée de la folie par Cicéron dans les Tusculanes, reliée à la mélancolie par une intuition d’Arétée de Cappadoce (IIe siècle après J.-C.), parmi tous les termes latins utilisés pour désigner la perturbation mentale, furor est l’un des rares qui n’en soit pas une désignation négative. Sur des aspects positifs de la fureur, qui autoriseraient de la distinguer de l’aliénation, comme nous le propose sa désignation, il y aurait alors lieu de se questionner. État passager, à la différence de l’insania qui est un état permanent, la fureur est associée
à un moment de dépossession à la temporalité diverse selon celui qu’elle saisit et le sujet de ce saisissement. Qu’il s’agisse de la fureur amoureuse de Médée et de Phèdre, les conduisant au meurtre et à la vengeance, qu’il s’agisse des guerriers berserkir des sagas nordiques, qui se transforment en ours pour le combat, ou qu’il s’agisse de la fureur créatrice du poète, insistance dans l’individu à présenter de lui ce qu’il y a de plus énigmatique, la fureur ne cesse de s’exprimer de manière inédite, singulière, sidérante pour celui qui en est le spectateur, venant ainsi bousculer nos modèles de compréhension. Elle s’empare de l’individu, l’assujettit, et la jouissance de la dépossession qui s’en dégage parfois, la négativité à l’intérieur même du désir humain dans ce qu’il a de plus violent, y intéresse la psychanalyse et la conduit à l’observer dans une perspective de dialectique
entre pulsions de vie et pulsions de mort.

Délire prophétique, enthousiasme, inspiration, folie, amour violent, passion furieuse, transport, désir, rage (rabies), colère, furie, emportement, l’état de fureur est un état qui est associé à la violence, une violence qui pousse au passage à l’acte. Fureur des passions amoureuses, fureur créatrice, fureur politique, fureur religieuse à travers le
martyr et les conduites meurtrières de jeunes radicalisés mus, comme Fethi Benslama le souligne, par « un furieux désir de sacrifice », de l’amour fou à la haine éperdue, la fureur est ce moment de bascule où la raison s’écarte pour laisser place à l’égarement. Elle signe et témoigne d’un moment de dépossession dans l’histoire du sujet, du
groupe, de la civilisation.

Les versants sociétal et politique sont également concernés, dans la mesure où les frustrations sociales sont hautement susceptibles de déboucher sur des manifestations de violence spontanée et destructrice, mais aussi parce qu’au-delà de la dérive spontanée d’un individu, la fureur a aussi une dimension « encadrée », une forme d’instrumentalisation sociale, au sens où elle peut s’induire artificiellement (drogues diverses, charmes, etc.) pour pousser au combat. D’un point de vue anthropologique, la question est de savoir comment, selon les cultures, se manifeste cet état, à quelles causes on le relie, quel est son usage social. Si chaque culture porte ses normes et ses manières de les transgresser, l’état que nous appelons fureur peut-il exister sous toutes les latitudes, avec des formes et des fonctions voisines ?

Tous ces aspects de la fureur ouvrent sur une réflexion transdisciplinaire
qui invite au débat.

Comité d’organisation :

Marthe Dubreuil (CRPMS)
Anne Grondeux (HTL)
Laure Westphal (CRPMS)

Consulter le programme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *