Soutenance de thèse : Angela Senis, « John Rupert Firth, historien de la linguistique et fondateur de la London School ».

La soutenance aura lieu le 18 novembre 2016 à 14h au sein de l’Université Paris Diderot – Paris 7, Bâtiment Olympe de Gouges salle 533 – Rue Albert Einstein, 75013.

Résumé:

Etudié principalement pour ses travaux en phonologie, John Rupert Firth (1890-1960) occupe une place clé en linguistique anglo-saxonne. Il est un représentant éminent des études philologiques qui ont prévalu jusqu’au début du XXe siècle, par sa culture du passé et son attachement à l’histoire des langues et des sciences, faisant écho à sa formation d’historien. Paradoxalement, il a orienté ces savoirs et expériences vers l’avenir, en donnant une nouvelle impulsion aux sciences du langage en Grande-Bretagne, avec l’avènement de la linguistique en tant que discipline académique.

Ses écrits dénotent un horizon de rétrospection très riche dans le temps et dans l’espace. Il s’y inscrit dans la continuité des expérimentations phonétiques du XIXe siècle (Sweet, Bell). Ces références participent à la constitution de ce que l’on nomme la « linguistique firthienne », dont l’objet de la présente thèse est précisément d’étudier les contours. Ses concepts linguistiques (« contexte de situation », « sens par collocation », « colligation » ou « langue restreinte ») et phonologiques (« phonesthésie », « analyse prosodique ») sont étudiés et mis en perspective au fil de cette thèse. Ils s’appuient sur le fonctionnalisme et la transdisciplinarité dans une approche plurilingue où les langues asiatiques jouent un rôle majeur pour la prise de conscience d’un eurocentrisme que l’auteur a cherché à dépasser.

Firth est le fondateur de la London School, l’initiateur d’un héritage porté par plusieurs générations de linguistes anglo-saxons (Robins, Halliday, Crystal). Notre étude se donne pour but d’évaluer quelles ont été sa place et sa contribution réelles dans l’histoire des idées linguistiques.

Composition du jury :

  • Madame Sylvie Archaimbault, CNRS (Directrice de thèse)
  • Madame Joan Beal, Université de Sheffield (Rapporteur)
  • Monsieur Frédéric Lambert, Université Bordeaux Montaigne (Rapporteur)
  • Monsieur Nicolas Ballier, Université Paris 7 (Examinateur)
  • Monsieur Nicholas Riemer, Université de Sydney (Examinateur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *