Séminaire de recherche HTL Labex EFL 2016-2017

Labex-EFL_22016-2017 Séminaire HTL Labex EFL « La notion de construction dans l’histoire de la linguistique »

Le séminaire de recherche 2016-2017 du laboratoire d’histoire des théories linguistiques, organisé en collaboration avec le LabEx EFL, débutera le jeudi 17 novembre 2016.

Les séances auront lieu le jeudi, de 14h à 16h. Il est conseillé de vérifier la salle pour chaque séance.

Prochaine séance : 20 avril 2017, salle 104 (ODG) : Jean-Patrick Guillaume (Laboratoire HTL) : « La notion de construction (tarkīb) dans la tradition grammaticale arabe »

  1. Présentation du séminaire
  2. Références
  3. Programme et intervenants

Présentation

Depuis quelques années, après avoir été délégitimée un temps par le générativisme, puis réintroduite dans certaines grammaires (à visée formalisante ou non), la notion de construction est revenue au premier plan. A l’époque de la sémantique générative, l’analyse de certaines constructions et alternances constructionnelles (comme l’alternance dative, cf. l’Axe 2 de Labex EFL, “Syntaxe Expérimentale”) a suscité des solutions théoriques qui ont participé à l’émergence de grammaires dites de construction, entendue alors comme l’appariement d’un sens et d’une forme morphosyntaxique (cf. les travaux de Goldberg, invitée du Labex en 2016). La notion a un ancrage historique certain au sein du structuralisme américain. Dans une histoire de plus long terme, se croisent un ensemble de questions retentissant sur les approches théoriques mises en œuvre: les formes doivent-elles être analysées d’abord au sein des constructions? Les constructions servent-elles à définir les parties du discours ou ces parties sont-elles envisagées comme les briques du discours? L’acquisition des structures linguistiques ou la description de ces structures passe-t-elle d’abord par la reconnaissance de constructions, ou de patterns ? Quid du changement linguistique et de l’innovation dans une perspective constructionnelle ? Si l’on songe aux débats sur l’ordre naturel, mais aussi à la grammaire générative, on voit que certaines constructions ont un statut privilégié ; pourquoi? Qu’est-ce qui définit la bonne formation des constructions ? Comment sont analysés les écarts, traditionnellement envisagés comme figures de construction, constructions figurées etc. (ellipse, zeugme, syllepse…)? Comment sont analysées les alternances constructionnelles ? Les théoriciens cherchent-ils à motiver la formation des constructions par des considérations sémantiques ou discursives? La langue est-elle un inventaire de constructions ou un système génératif, ou les deux? Quel est le degré d’abstraction des constructions et comment s’articulent des patrons constructionnels de généralité variable ? Comment s’articulent syntaxe, construction, ordre des mots (cf. p.ex. Dumarsais)?

Telles sont les questions, et la liste n’est sans doute pas exhaustive, que le sujet peut inviter à poser.

Haut de la page

Références

Apollonius Dyscole, 1997, De la construction. Introduction, texte, traduction et notes par Jean Lallot. Paris, Librairie Philosophique Jean Vrin.

Auroux, Sylvain, 1979, La sémiotique des encyclopédistes. Essai d’épistémologie historique des sciences du langage. Paris, Payot.

Colombat, Bernard, 1993, Les figures de construction dans la syntaxe latine. Louvain / Paris, Peeters.

Croft, William, 2001, Radical construction grammar. Oxford, Oxford University Press.

Dumarsais, César Chesneau, 1754, Article « Construction [Grammaire]», in D. Diderot & J. Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t.IV: 73-92 (repris in Dumarsais, 1797, Œuvres, Paris : Pougin, t.III, 379-404).

Goldberg, Adele E., 1995, Constructions: A construction grammar approach to argument structure. Chicago: The University of Chicago Press.

Kay, Paul & Charles Fillmore, 1999, “Grammatical constructions and linguistic generalizations: The what’s X doing Y? construction.” Language, 75. 1–33.

Legallois, Dominique & François, Jacques, 2006, « Autour des grammaires de construction. » Cahier du CRISCO n°21.

Mathieu Yvette Yannick, 2003, « La Grammaire de Construction », Linx [En ligne], 48, mis en ligne le 01 octobre 2003.

Rosier, Irène, 1983, La grammaire spéculative des modistes. Presses Universitaires de Lille.

Tomasello, Michael, 2003, Constructing a language: a usage-based theory of language acquisition. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Haut de la page

Programme et intervenants

  • 17 novembre 2016, salle 357 (ODG) : séance annulée
  • 1er décembre 2016, salle 357 (ODG) : Didier Samain (HTL, ESPE) : « Valence et variables cachées. Comment construire une énoncé ?« 

Les limites de l’intuition naturelle qui voudrait que la phrase fût une concaténation de mots ont été tôt identifiées par les grammairiens. C’est implicitement le cas dans la conception énoncoïde de Port-Royal, pour qui le verbe « signifie l’affirmation » ou, dans un genre analogue, de la « force synthétique » attribuée au verbe par Humboldt. Ces thèses reviennent en effet à postuler que la « construction » de l’énoncé ou de la phrase suppose l’intervention d’un facteur extérieur aux observables immédiats que sont les catégories et leurs relations. Ainsi formulé, le problème apparaît donc insoluble dans un cadre proprement grammatical. L’exposé sera consacré à la manière dont cette aporie a été thématisée aux 19 et 20ème siècles.

  • 15 décembre 2016, salle 357 (ODG) : Caterina Donati
    (Laboratoire de Linguistique Formelle, Université Paris Diderot) : « Les langues des signes et la grammaire : de l’abbé de l’Epée aux sourds du Nicaragua. »

Le statut des langues des signes, stratégies de communication spontanées développées par les sourds partout dans le monde, a longtemps interrogé linguistes et philosophes. S’agit-il de pantomimes primitives, que l’éducateur éclairé visera à façonner dans la direction d’une grammaire avec une intervention normative et réformatrice ? Sont-elles plutôt des langues de plein droit, et donc l’expression d’un instinct de langage capable de s’épanouir en systèmes langagiers complexes au-delà de la dimension articulatoire-auditive ?
Le séminaire parcourra l’histoire de la réflexion sur ces thèmes du XVIIIème siècle à nos jours.

  • 19 janvier 2017, salle 255 (ODG) : Bernard Colombat (HTL, Université Paris Diderot) : « Naissance et disparition (partielle) des figures de construction dans la grammaire latine »
  • 2 février 2017, salle 153 (ODG) : Dominique Legallois (Université Paris 3, Sorbonne-Nouvelle) : « L’énantiosémie des Constructions Grammaticales »

L’énantiosémie est un phénomène sémantique quelque peu oublié que je voudrais « remobiliser » afin de rendre compte de fonctionnements particuliers de constructions grammaticales. Ce phénomène, généralement limité au lexique, se définit ainsi : il y a énantiosémie lorsqu’une unité lexicale possède deux significations opposées. Le cas du verbe louer est connu (prendre en location/donner en location) ou celui du nom hôte.  Marchand s’est appliqué, à un moment de l’histoire de la langue, aussi bien au vendeur qu’à l’acheteur – en fait, aux participants au marché. L’énantiosémie est donné comme principe organisateur du lexique des langues sémitiques.

Cette propriété peut-elle être caractéristique de fonctionnements grammaticaux ? Assurément, elle l’est pour les unités grammaticales, telles que les prépositions, puisque le linguiste et philologue C. Abel, a été l’un des premiers à illustrer le phénomène avec les prépositions de l’ancien égyptien. Mais qu’en est-il des constructions grammaticales ?

On partira du principe, émis par les Grammaires de Construction, que certains schémas syntaxiques constituent des unités linguistiques, ou si on veut, des signes de la langue. Ils sont donc dotés d’une signification. J’applique cette conception à la construction transitive (Nsujet V Nobjet) et à la construction « trivalente » (Nsujet V Nobjet à Nobj.ind ) dans le cadre d’une sémantique « abstractionniste ». Je montrerai à partir d’une définition de la signification de ces constructions, comment on peut appréhender leur ambivalence (par exemple : Pierre gagne de l’argent –conjonction du sujet avec l’objet ; Pierre a oublié son code perso – disjonction du sujet d’avec l’objet) à partir de la notion d’énantiosémie.

Quelques références

Abel C (1882), Linguistics Essays, Londres, Trubner & Co., Ludgate Hill.

Bohas G. (1997), Matrices, étymons, racines, éléments d’une théorie lexicologique du vocabulaire arabe, Paris: Peeters, Louvain.

Cadiot P. et Tracy L. (2003), Sur le sens oppose des mots. Langages, 150 : 31-47.

Caffi C. (2010), Weaking or strengthening? A case of entiosemy in Plato’s Gorgias, in G. Kaltenbock, W.Mihatsch and S.Schneider (eds), New Approaches to Hedging, Emerald Group Publishing Limited

Gandelman C. (1995), Signes metastables. Cruzeiro semiotico 22/25 : 497-510.

Hamelin L. et Legallois D. 2015  « Une approche sémantique non prototypique de la construction transitive » in Faits de Langue, n° 45.

Legallois D. 2013 « Existe-t-il une énantiosémie grammaticale ? Réflexions à partir de la construction dative trivalente » in Linguistique de la contradiction (François, Larrivée, Legallois, Neveu (éd.)), Peter Lang.

Legallois D. (soumis) « Pour une conception constructionnelle de la transitivité », Langue Française

  • 23 février 2017, salle 146 (ODG): Jean-Michel Fortis (Laboratoire HTL) « La construction en linguistique américaine »

Cet exposé propose de suivre les avatars historiques de la notion de construction en linguistique américaine, depuis Bloomfield jusqu’aux grammaires de construction récentes. Par  « construction » nous entendrons ici, à titre de dénominateur commun, l’idée d’une association entre une structure syntaxique et un contenu sémantique / pragmatique déterminé.

  • 9 mars 2017, salle 153 (ODG) : Guillaume Desagulier (Université Paris 8) « Le statut de la productivité dans les grammaires de constructions »

La critique la plus sérieuse qu’un détracteur est en droit d’adresser à l’encontre des grammaires de constructions est le manque de consensus quant à la définition de son unité de base : la construction. Au sein du paradigme des grammaires de constructions, deux taxinomies s’opposent : celle de la Berkeley Construction Grammar (Fillmore, Kay, & O’Connor, 1988 ; Kay & Fillmore, 1999 ; Kay, 2013) et celle de la Cognitive Construction Grammar (Goldberg, 1995, 2006, 2009, inter alia). La première est non-redondante et la seconde redondante. Dans une taxinomie non-redondante, l’information linguistique n’est stockée qu’une seule fois dans l’inventaire des constructions, au niveau le plus haut. Dans une taxinomie redondante, l’information linguistique peut être stockée à plusieurs niveaux.

Dans une contribution récente, Kay (2013) accentue les différences entre la Berkeley Construction Grammar et les approches redondantes. Il affirme qu’il existe une séparation nette entre la « grammaire » et la « méta-grammaire ». N’auraient leur place dans la grammaire que les schémas généraux et infiniment productifs. Les schémas partiellement productifs seraient relégués à la périphérie de la grammaire, dans la méta-grammaire.

Ma réponse à Kay (2013) comporte deux moments : un moment théorique et un moment empirique. Le moment théorique se décompose en trois points. Premièrement, la BCG vue par Kay est problématique car elle ne définit pas la productivité de manière univoque. Deuxièmement, la corrélation établie par Kay entre la nature schématique d’une construction et la productivité ne va pas de soi, une même construction pouvant avoir différents degrés de productivité. Enfin, il ne semble pas pertinent d’indexer la productivité d’une construction entièrement sur la fréquence de type (V). D’autres facteurs contribuent à la notion de productivité, par exemple la similitude sémantique entre les occurrences (Croft & Clausner, 1997) ou la cohérence sémantique (Barðdal, 2008).

Le moment empirique repose sur une étude de cas en corpus faisant intervenir des courbes de croissance lexicale. J’estime la productivité de deux constructions dans le British National Corpus (XML): <ADJ as NP> et <it BE ADJ to V that>. Je démontre que des schémas qui ne sont pas infiniment productifs au niveau le plus schématique sont néanmoins productifs à des niveaux sous-schématiques.

Références :

Barðdal, Jóhanna (2008). Productivity : Evidence from Case and Argument Structure in Icelandic. Amsterdam : John Benjamins.

Croft, William et Timothy C. Clausner (1997). « Productivity and schematicity in metaphors ». In : Cognitive Science 21.3, p. 247–282.

Fillmore, C., Kay, P., & O’Connor, C. (1988). Regularity and idiomaticity in grammatical constructions: the case of let alone. Language, 64 (3), 501– 538.

Goldberg, Adele E. (1995). Constructions : a Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago : University of Chicago Press.

– (2003). « Constructions: a new theoretical approach to language ». In: Trends in Cognitive Sciences7.5, p. 219–224.

– (2006). Constructions at Work: the Nature of Generalization in Language. Oxford; New York: Oxford University.

– (2009) « Constructions work ». In: Cognitive Linguistics 20.1, p.201–224.

Kay, P. (2013). The limits of (Construction) Grammar. In T. Hoffmann & G. Trousdale (Eds.), The Oxford Handbook of Construction Grammar. Oxford: Oxford University Press.

Kay, P. & Fillmore, C. (1999). Grammatical constructions and linguistic generalizations: the What’s X doing Y? construction. Language, 75, 1–33.

 

  • 23 mars 2017, salle 153 (ODG) : Jean Lallot (Laboratoire HTL) : « Aux sources de la ‘construction’ : grec suntaxis »

Lecture de textes-clés du traité De la construction (Peri suntaxeôs) d’Apollonius Dyscole ».

  • 20 avril 2017, salle 104 (ODG) : Jean-Patrick Guillaume (Laboratoire HTL) : « La notion de construction (tarkīb) dans la tradition grammaticale arabe »

La notion de tarkīb (litt. « assemblage, emboîtement »), qui est très probablement un calque du grec suntaxis, apparaît assez tardivement dans la grammaire arabe, chez les grammairiens les plus réceptifs à la tradition grecque d’analyse du langage. Son introduction dans la théorie de l’énoncé minimal marque une évolution importante : on passe d’une conception de l’énoncé comme simple « combinaison » (iˀtilāf) de parties du discours, caractérisée en termes de complétude sémantique et de pertinence communicationnelle, à l’idée de l’énoncé comme « construction » de deux termes joints par une relation prédicative (isnād), celle-ci transformant la simple juxtaposition des parties du discours en un jugement (ḥukm) pourvu d’une valeur de vérité, assumé par l’énonciateur.

Toutefois, la notion de construction, pour peu qu’on l’étende au-delà de l’énoncé minimal, permettait, en théorie du moins, de concevoir une syntaxe au sens précis du terme, à la fois distincte et complémentaire de la théorie de la rection. Cette possibilité, pressentie par certains grammairiens et rhétoriciens, n’a toutefois été pleinement exploitée que dans un texte tout à fait marginal : il s’agit d’un précis de grammaire arabe dû à Ibn Rušd (Averroès, 1124-1198). Critiquant la méthode des grammairiens, qui traitent du marquage casuel comme s’il était une propriété des noms en eux-mêmes, le philosophe andalou souligne qu’il concerne tout l’énoncé en tant qu’il est construit : il s’agit donc d’identifier en premier toutes les constructions existantes, pour examiner ensuite la manière dont les marques casuelles se distribuent dans chacune. En dernière analyse, ces constructions se répartissent en deux catégories, les constructions prédicatives et les constructions « restrictives » (tarkīb taqyīd), c’est-à-dire celles qui viennent restreindre la généralité d’une relation prédicative ou de l’un de ses termes (nous parlerions de détermination ou de spécification). Il est intéressant de noter qu’une idée semblable, mais beaucoup moins nette et clairement assumée, a été développée, de manière totalement indépendante, dans le cadre de la théorie rhétorique (balāġa) et notamment par Sakkākī (mort en 1228).

Bibliographie :

– Guillaume, Jean-Patrick (2016) « Remarques sur le modèle d’analyse des énoncés dans la rhétorique arabe », Cl. Blanckaert & al. (éd) Modélisations et sciences humaines, Paris, L’Harmattan : 199-212.

– Kouloughli, Djamel (1999) « Le modèle d’analyse des énoncés chez les rhétoriciens arabes dans le ˁilm al-maˁānī », HEL XXII-2 : 97-104

– Kouloughli, Djamel (2000) « Y a-t-il une syntaxe dans la tradition grammaticale arabe », HEL XXI-2 : 45-64.

  • 4 mai 2017, salle 104 (ODG) : Jean-Marie Fournier (Laboratoire HTL): « Quelques aspects de la question de l’ordre des mots dans les grammaires des vernaculaires romans de la Renaissance et de l’âge classique »

 

 

 

Consulter les archives du séminaire : https://carnetshtl.hypotheses.org/category/rencontres/seminaires/seminaire-htl-efl-archives

 

Haut de la page

 


1 réponse

  1. 04/11/2016

    […] Histoire des Théories linguistiques (HTL) : Ecole d’été thématique – Juillet / Août, lieu variable – contact : laboratoire HTL, les informations sont diffusées sur le site du laboratoire : http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/ecole_d_ete Séminaire du laboratoire – toute l’année, le jeudi après-midi, Paris – Contact : laboratoire HTL : https://carnetshtl.hypotheses.org/1702 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *