XVe journée d’études des grammaires françaises de l’âge classique

Philippe Caron : la prononciation du français au XVIIe siècle

XVe journée d’études des grammaires françaises de l’âge classique, Paris, Université Paris Diderot, 24 juin 2016

S’appuyant sur les documents de l’époque – grammaires françaises, notamment pour les étrangers ; remarques sur la langue française ; pièces de théâtre, notamment celles de Molière ; partitions musicales [récitatif lullien] ; textes techniques (Dangeau, Jean Hindret, Honorat Rambaud, Vaudelin, etc.) – sur des reconstructions modernes (notamment celles d’Eugène Green, La parole baroque, avec laquelle il prend quelques distances) et sur des travaux critiques, notamment ceux de Yves-Charles Morin –, Philippe Caron s’attache à reconstituer la prononciation du français à la fin du XVIIe siècle.

Il aborde notamment les questions suivantes, qui suscitent réactions et interactions avec l’auditoire :

  • Motivations et limites (notamment la question des variantes interlectales).
  • Phonétique articulatoire :
  • Les consonnes : les nasales ; le schwa ; les vibrantes [/r/: un ou deux phonèmes?] ; les latérales ; les consonnes finales à la pause, notamment le [r] des infinitifs ;
  • Les voyelles : la quantité, le timbre en corrélation avec la longueur ; que signifie l’opposition « grave » / « aigu » ? que recouvre « l’aspiration » ?

Il conclut par des lectures avec prononciation reconstituée : Les stances à Marquise, Le loup et l’agneau, La jeune veuve.

Des enregistrements sonores de cette journée ont pu être réalisés et sont disponibles ci-dessous :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *