Séminaire de recherche HTL Labex EFL 2015-2016

Labex-EFL_22015-2016 Séminaire HTL Labex EFL « Grammaires étendues ; aux sources de la typologie »

 

Le séminaire de recherche 2015-16 du laboratoire d’histoire des théories linguistiques, organisé en collaboration avec le LabEx EFL, débutera le jeudi 19 novembre.

Les séances porteront sur le thème des « grammaires étendues ». Elles auront lieu le jeudi (tous les 15 jours) de 14h00 à 16h00, en salle 357 (3e étage) du bâtiment Olympe de Gouges (Université Paris Diderot, campus des Grands Moulins).

Les intervenants:

19 novembre 2015 : Sylvain Auroux (HTL, Paris Diderot), Grammatisation & Transfert Technologique.

On s’efforcera d’étudier le processus de grammatisation, sa rupture avec l’oralité (1), la naissance de la grammaire (2), la grammaire gréco-latine (3), son tournant pédagogique (4), la grammatisation des langues du monde (5), la grammaire latine étendue (6) et la question de l’unité et de la diversité dans la perspective de la grammaire étendue européenne (7).

3 décembre 2015 : Bernard Colombat (HTL, Paris Diderot), La grammaire latine étendue au français.

On étudiera comment le modèle de la grammaire latine s’est étendu à la description du français à travers l’examen de quelques grammaires françaises de la Renaissance. On sera attentif à quelques points particulièrement représentatifs : le traitement de l’article, les cas du nom, le traitement du pronom (avec la divergence entre Donat et Priscien), les « accidents » du verbe (c’est-à-dire les catégories linguistiques affectées au verbe, notamment les noms des temps, la voix, et les modes).

17 décembre 2015 : (séance hors-programme grammaires étendues) Lorenzo Vitral (UFMG-Brésil), La Biolinguistique et la définition de l´objet d´études de la théorie linguistique.

L’objectif majeur de ce travail est de donner une caractérisation des fondements de la biolinguistique, actuellement en discussion dans le cadre générativiste, en dégageant quelques conséquences théoriques et empiriques. La principale différence distinguant la biolinguistique de ce qu’on proposait avant est la révision du locus des principes de la faculté du langage. Maintenant, le focus est mis sur des principes d’une nature cognitive plus large qui auraient un rôle dans la détermination des faits internes au langage. En prenant en compte surtout l’analyse de Sigurðsson 2011 sur le phénomène du sujet nul, qui emploie la notion de troisième facteur, on discute enfin quelle est la place et quelle est la fonction de la variation linguistique dans le modèle. On conclut que les données descriptives jouent un rôle instrumental au regard de la quête de principes de portée cognitive plus large nous conduisant à nous demander quel est, en effet, l’objet d’études qui intéresse la théorie linguistique.

7 janvier 2016 : Jean-Luc Chevillard (HTL, Paris Diderot), Formes anciennes et modernes de la compilation du savoir-faire linguistique : qu’est-ce qu’exprimer un langage A dans un langage B?
28 janvier 2016 : Jean-Patrick Guillaume (HTL, Sorbonne Nouvelle), Les premières grammaires de l’arabe en Occident (1613-1625).
11 février 2016 : Marli Quadros Leite (USP), Quelques observations sur le rapport entre grammaire portugaise et grammaire latine.
10 mars 2016 : Chloé Laplantine (HTL, Paris Diderot), Emile Benveniste, les langues amérindiennes et la grammaire européenne.

Emile Benveniste s’est rendu dans le Nord Ouest américain (Alaska, Canada) durant les étés 1952 et 1953 pour enquêter sur différentes langues, principalement le Haida et le Tlingit. Auparavant, dès la fin des années 1940, Benveniste manifeste un intérêt grandissant pour les langues amérindiennes, et pour les renouvellements de méthodes qu’elles ont entraînés dans la linguistique américaine au début du XXe siècle, notamment par la prise de conscience que les catégories de la grammaire européenne ne peuvent pas se confondre avec un universel de l’expérience linguistique, mais doivent être considérés comme des produits historiques et culturels. On tâchera de voir le développement de la réflexion de Benveniste sur les langues amérindiennes, à travers ses articles publiés, des archives. Et on tentera de montrer le travail réalisé sur le terrain par Benveniste, en prenant l’exemple de l’étude de la langue Tlingit pour lequel nous disposons du matériel le plus consistant.

17 mars 2016 : Martin Haspelmath (Universität Leipzig & Max-Planck-Institut), Eurocentric, Anglocentric, unicentric: How to combine unbiased analyses with general theory?
7 avril 2016 : George van Driem (Bern University), Platonic Essentialism, the Cheat of Words and Grammar Writing.

Language itself and our linguistically mediated conceptualisation of reality are plagued by what John Locke called the cheat of words. This deception results from the nature of meaning as having the propensities of a non-constructible set in the mathematical sense. Both linguistic typology and language documentation are likewise handicapped by Platonic essentialism. This affliction appears to be stubbornly persistent in the field notwithstanding a recent wave of language typologists who have publicly gone into denial about the essentialist premisses which underpin their work. What are the perils that lurk in the labels that we use for grammatical categories and apply to linguistic phenomena when writing a grammar? How can we use the conceptual and analytical repertoire of descriptive linguistics without become misled by our labels and by the putative categories in our notional instrumentarium? The argument will be developed on the basis of salient moments in the history of linguistic thought and using grammatical examples from selected languages.

12 mai 2016 : Fabien Simon (ICT, Paris Diderot) & Charlotte de Castelnau L’Estoile (ICT, Paris Diderot), Babel transatlantique : réceptions européennes des langues d’Amériques.

Nous souhaitons, dans le cadre de ce projet de recherches collectif, nous pencher sur les circulations transatlantiques des langues, leur matérialité, la manière dont les échanges se passent entre Amériques, Europe et Afrique. Comment le savoir linguistique « fait-il lieu » (C. Jacob) en Europe ? De quelles manières les centres européens interagissent-ils avec les centres américains depuis lesquels les langues dites générales, par exemple, sont pensées déjà ? Lisbonne, pour le monde portugais atlantique où l’imprimerie n’est installée au Brésil qu’au début du XIXe siècle, est un de ces centres, où sont imprimés non seulement les grammaires du tupi (1595), du Kimbundu (1697) et un catéchisme en kariri (1708), mais aussi élaborés une partie des travaux linguistiques de Raphael Bluteau (1638-1734). Or dans ces différents lieux, en fonction des configurations spatiales (quels lieux ? Quelles institutions ?) et sociales (quels acteurs ? Quels réseaux ?) de la réception des langues extra-européennes, que fait-on des langues américaines ? Quelle place leur est accordée dans la mise en forme de nomenclatures et de taxinomies des langues, et jusqu’à l’affermissement d’un véritable comparatisme linguistique au XVIIIe-XIXe siècle, dans les travaux, entre autres, de Lorenzo Hervás y Panduro (1735-1809) ou ceux de Wilhelm von Humboldt (1767-1835) ? Comment les idées linguistiques circulent-elles par l’intermédiaire notamment d’« artefacts » linguistiques ? Depuis les échantillons se présentant sous formes d’« alphabets », de listes de vocabulaire ou de prières (comme textes immédiatement compréhensibles sans recours à la traduction), jusqu’aux grammaires et autres vocabularios, œuvres bien souvent des missionnaires, dont certains échantillons sont justement issus. Quels sont – et à partir de quels itinéraires ? – les points d’aboutissement européens, centres d’accumulation de ces langues des Amériques, des collections d’ouvrages – bibliothèques, du Vatican à l’Escorial – aux collections d’extraits de textes, au sein de telle ou telle compilation des langues du monde ?

  • Fabien Simon : « Une oraison mobile : circulations d’une prière en « langue des Sauvages », XVIe-XVIIIe siècles) »

Nous souhaitons ici suivre l’itinéraire d’un texte entre le milieu du XVIe siècle et le début du XIXe siècle. Il s’agira ainsi de reconstituer la généalogie d’une oraison dominicale en « langue mexicaine » apparaissant dans un « musée de papier » offert au pape Pie VII en 1805, l’Oratio Dominica CL Linguis parue aux presses de la typographie impériale, dirigée par Jean-Jacques Marcel (1776-1854). Quelle est l’origine d’un tel texte ? Comment a-t-il circulé, depuis un de ses points de départ qu’est notamment le Thresor de l’histoire des langues de cest univers de Claude Duret (1613) ? Et quels sont surtout les effets de ces circulations, et en particulier des con-textes de réceptions multiples au fil de ces pérégrinations textuelles ?

  • Charlotte de Castelnau L’Estoile : « La publication de l’Arte da lingua de Angola de Pedro Dias S.I. (1697) : langue générale et traite atlantique »

Il s’agit ici de présenter la composition et la publication d’une grammaire d’une langue de l’Angola dans le contexte esclavagiste atlantique de la fin du XVIIe siècle.

26 mai 2016 : Otto Zwartjes (Amsterdam University), Some remarks on the ‘grammaire latine étendue (GLE)’: How ‘exotic’ is Latin?

During the Renaissance period in Europe, grammars of the vernacular languages of the nations of Europe began to emerge. Besides Latin and Greek the study of Hebrew was added to the education programme of missionaries and academics. While these developments were taking place in Europe, the production of dictionaries and grammars began to increase in the New World and in Asia, often outnumbering what was being made in Europe (Zwartjes 2011: 4-7). The discovery and exploration of hitherto unknown territories and continents was accompanied by an expanding interest in languages in these territories, whereas in pre-modern Europe showed so little interest in the missionaries’ linguistic documentation. From the perspective of human thought, the political expansion was accompanied by an increasing knowledge of hitherto unknown species in flora and fauna, various societies, religions, and of course, linguistic structures. There seems to be a contradiction between what has been called “grammaire étendue” (Auroux 1994), referring to a Greco-Latin model which had a bad effect on missionary linguistics, since missionaries who applied this system too rigorously were applying concepts which were not developed for these languages (exogrammatisation, cf. Auroux 1994: 122). The model would not be sufficiently equipped in order to describe ‘exotic’ languages, the traditional metalanguage was not sufficiently ‘elaborate’ in order to cover unknown linguistic features, it was too ‘narrow’, it was a model which needed to be ‘extended’. On the other hand, it may surprise us why scholars did not pay much attention to the expression used by missionaries themselves: unanimously they observe that they “reduced” the linguistic structures to “arts”. Although the verb “reducir” has several meanings, (to subdue, to overpower, to put down) it also means “to reduce”, “to decrease”, to diminish”, or more neutrally “to convert”. When we study the languages of the world, Latin (and Greek) is not a very common language. If we compare the typology of Ancient Greek, we can observe that this language is relatively rich in ‘accidents’ (parepómena), according to Dionysius Thrax five for the noun, eight for the verb, seven for the participle, etc. (Auroux 1994: 178-179). It is obvious that for many languages to be described, there was no need at all to “extend” this system at this point. The opposite is true: Missionary grammarians attempted to “reduce” this too “broad” model to a more simplified one. In this paper we shall first describe how to situate a language as Latin or Greek in the context of the world’s languages, using the WALS as our main source. In the second place we shall analyse a representative corpus of Spanish grammars of indigenous Meso-American languages from different linguistic families. The objective is to demonstrate that these grammars were not exclusively products of what has been called “grammaire latine étendue”, adding hitherto unknown categories, but rather an adaptation in which the quantity of ‘accidents’ was drastically ‘reduced’, whenever they were not relevant in these languages, i.e. when these ‘accidents’ were not morphologically marked. These ‘reductions’ occur much more frequently than the so-called ‘extensions’ (there are more ‘empty spots’ than new metalinguistic terms), due to the specific typological features of Latin and Greek. Apart from the obvious ‘extensions’ which almost always took place, another, and not less important linguistic discovery, was that so many “familiar” features were not present at all in these languages. For this reason, we prefer to see the application of the Greco-Latin model as a framework for these languages more as a case of “adaptations”, or “conversions” which could lead both to underdifferentiation and overdifferentiation at the same time.

Auroux, Sylvain. 1994. La révolution technologique de la grammatisation. Liège: Pierre Mardaga .

WALS: World Atlas of Language Structures: on-line, edition 2013.

Zwartjes, Otto. 2011. Portuguese Missionary grammars in Asia, Africa and Brazil, 1550–1800. Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins.

2 juin 2016 : Jean-François Cottier (Paris Diderot), Le latin comme outil de grammatisation des langues ‘sauvages’ en Nouvelle-France : à propos de la grammaire latin-innu du P. de La Brosse (1766) et des notes du P. Louis André sur la langue algonquien outaouoise.

Dès les débuts de l’installation des Français en Nouvelle-France, on voit les missionnaires se mettre à l’étude des langues autochtones et fabriquer presque simultanément différents outils d’apprentissage dans un effort manifeste de grammatisation. Ce processus de description des langues amérindiennes s’inscrit dans un mouvement plus général de linguistique missionnaire, dont les fondements théoriques reposent sur la croyance de l’époque en un langage mental originel. Le latin étant utilisé comme modèle de référence pour décrire les langues « sauvages », la perspective s’en trouve forcément faussée. Ma communication réfléchira à cette question à partie de la grammaire latin-indu du P. Jean-Baptiste de La Brosse (1766) et des « Notes sur l’algonquin » du P. Louis André, missionnaire auprès des Montagnais entre 1693 et 1709.

Présentation

Le séminaire de recherche HTL-Labex EFL 2015-16 sera consacré au phénomène de ce que l’on peut appeler, à la suite de Sylvain Auroux (La révolution technologique de la grammatisation, 1994, p. 82-85), les « grammaires étendues », à savoir les descriptions grammaticales de langues au moyen d’outils descriptifs initialement élaborés pour une autre langue. Le cas le plus connu, qui constitue un facteur d’unification théorique qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire des sciences du langage (Auroux 1994, p. 82), est celui de la description grammaticale élaborée pour le latin, base de la grammatisation des vernaculaires européens et de nombreuses langues « exotiques », aujourd’hui encore : les catégories linguistiques employées pour le latin ont été ou sont utilisées pour structurer la description de langues autres que le latin, qu’elles possèdent ou non lesdites catégories.  Il faut également citer le cas de la grammaire arabe, utilisée pour décrire, entre autres, le kurde, le copte et le syriaque, ainsi que celui de la grammaire sanskrite, qui fournit le moule descriptif de plusieurs langues d’Asie (variétés de moyen indien, langues dravidiennes, vieux javanais, singhalais, etc.), de Sibérie (bouriate) et de langues pratiquées bien loin de l’Asie (algonquien).

Ce phénomène des « grammaires étendues », s’il a déjà été assez bien cerné du point de vue de l’histoire des théories linguistiques – nous renvoyons à différents travaux menés au sein du laboratoire HTL indiqués en bibliographie – et en partie étudié (voir les contributions au tome 2 de l’Histoire des idées linguistiques édité par Auroux en 1992), doit maintenant faire l’objet d’une étude détaillée et systématique, menée en collaboration étroite avec des spécialistes de description des langues sur, au moins, 3 plans :

  1. les faits : quelles sont les langues qui, dans le monde, ont été décrites/sont actuellement décrites à l’aide d’une analyse utilisée, au départ, pour une langue autre, et pour quelles raisons ? Quel est, pour chacune, le moule descriptif utilisé, et quels sont les critères qui permettent de l’identifier ?

  2. l’adaptation du modèle descriptif : quelles sont les stratégies d’adaptation du métalangage grammatical (emprunt, traduction, etc.), des concepts (parties du discours, paradigmes, etc.) ? Lorsqu’il existe une tradition grammaticale indigène, y a-t-il confrontation ? Le cas échéant, comment se traduit-elle dans les outils (grammaires, manuels, dictionnaires, etc.) ?

  3. les effets sur le « modèle étendu » : le phénomène des grammaires étendues a-t-il eu des conséquences sur l’analyse même de la langue initialement décrite, source du modèle, comme cela a été en partie décrit pour le latin (voir Colombat 1993a et 1993b) ? Y a-t-il eu des « moments de crise » du modèle ? Lesquelles/lesquels et pourquoi ?

Références

Auroux, Sylvain, 1994. La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

Auroux, Sylvain (éd.), 1992. Histoire des idées linguistiques, tome 2 « Le développement de la grammaire occidentale », Liège, Mardaga.

Aussant, Émilie, à paraître. « The Vyākaraṇic descriptive model and the French grammars of Sanskrit », Proceedings of the 15th World Sanskrit Conference, Linguistics Panel, éd. par J.E.M. Houben et P.-S. Filliozat.

Aussant, Émilie, 2012. « Pāṇinian Features of the Oldest Known Malayāḷam Description », Studies in Sanskrit Grammars, ed. by George Cardona, Ashok Aklujkar and Hideyo Ogawa, New Delhi, D. K. Printworld, p. 87-101.

Chevillard, Jean-Luc, 2009. “The Metagrammatical Vocabulary inside the Lists of 32 Tantrayukti-s and its Adaptation to Tamil: Towards a Sanskrit-Tamil Dictionary”, pp. 71-132, in Wilden, Eva (Ed.), Between Preservation and Recreation: Proceedings of a workshop in honour of T.V. Gopal Iyer, Collection Indologie – 109, IFP/EFEO, Pondicherry.

Chevillard, Jean-Luc, 1992. « Beschi, grammairien du tamoul et l’origine de la notion de verbe appellatif », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, 79/1, p. 77-88.

Colombat, Bernard, 1993a. « Comment quelques grammairiens du passé ont pensé et traité la catégorie du nombre en latin et en grec », Faits de langues 2, 29-40.

Colombat, Bernard, 1993b. Les figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain/Paris, Editions Peeters.

Colombat, Bernard dir. 1998 et 2000. Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques, 2 vol., HEL, hors-série, 2 et 3, 540 notices descriptives, 536 + 652 p. [Prix Honoré Chavée, Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, 2001].

Kessler-Mesguich, Sophie, 2013. Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1508-1680), Genève, Droz.

 

 

Les archives du séminaire : https://carnetshtl.hypotheses.org/category/rencontres/seminaires/seminaire-htl-efl-archives


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/06/2016

    […] How ‘exotic’ is Latin? was Zwartjes’ contribution at the 26th May session of the Séminaire de recherche HTL Labex EFL 2015-2016 (HTL is the Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques, Labex EFL the Laboratoire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *